Aprochim : Le Conseil d’État rétablit la surveillance des rejets

La cheminée de rejets d'Aprochim à Grez-en-Bouère

Justice

A l’origine d’une pollution aux PCB depuis plus d’une décennie dans le secteur de Grez-en-Bouère, la société Aprochim avait fait l’objet en 2016 d’un arrêté préfectoral instaurant un dispositif strict de surveillance de ses rejets dans l’environnement. Ce dispositif avait été jugé contraire à la réglementation européenne par le tribunal administratif puis la cour administrative d’appel de Nantes. Par arrêt du 23 septembre 2021, le Conseil d’État désavoue les deux juridictions du fond, ouvrant la voie à un rétablissement de la surveillance. C’est une victoire pour l’État et les associations de protection de l’environnement.

Mille-feuilles judiciaires

Par un collectif d'associations de défense de l'environnement*

Un dispositif de surveillance de la pollution avait été mis en place par l’Etat. Usine de décontamination de transformateurs électriques souil...

La suite est réservée aux abonnés

Déjà abonné-e ?  Se connecter


Abonnez-vous dès maintenant ⤵

  • Lisez ce qu’on ne lit pas ailleurs en Mayenne
  • Soutenez un journal indépendant adossé à une association reconnue d’intérêt général
  • Entrez dans l’investigation, l’analyse, l’opinion et écoutez des podcasts

Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
J'écoute les podcasts
 
Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 € pour 12 mois de lecture.
Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
J'écoute les podcasts
 
Abonnement de soutien - Vous nous aimez beaucoup
👉 60 €/an
J'apporte mon soutien à leglob-journal
Paiement en une fois, renouvelable chaque année
J'ai accès aux archives du Glob-journal
J'écoute les podcasts
 

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire



Contactez-nous : ici