En jeu : le débat démocratique !

L'homme à la pancarte

La France, a estimé la Cour européenne des Droits de l'Homme, a violé la liberté d'expression. Elle l’a fait en condamnant à une peine, même symbolique, l'homme qui avait brandi l’affichette « Casse-toi pov'con ». Lors de la visite de Nicolas Sarkozy en 2008 à Laval, Hervé Éon avait écopé d'une amende de trente euros avec sursis. Mais selon les magistrats de Strasbourg, le recours à une sanction pénale a été « disproportionné » et risque même à l'avenir d'avoir un effet « dissuasif sur des interventions satiriques » nécessaires au débat démocratique.

 Par Thomas H.

a Cour européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a estimé qu'il n’y avait « pas lieu » dans cette affaire de se prononcer de manière plus générale sur la « compatibilité » de ce délit avec la liberté d'expression. Cont...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle, renouvelable chaque mois.
Formule sans engagement, résiliation à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture.
Paiement en une fois, engagement 1 an, renouvelable.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici