Jaurès est toujours resté dans le camps des travailleurs

1914-2014, entrons de plain pied dans l'année Jaurès. L'année 2014, c'est aussi celle de la commémoration de ce qu'on a appelé, d'une bien drôle de façon, la Grande guerre. Cette immense boucherie contre laquelle en amont l'homme Jean Jaurès et l'homme politique avait lutté de toutes ses forces jusqu'à en mourir.

Par Thomas H.

Le 31 juillet 1914, le fondateur de l'Humanité était assassiné à Paris. Il allait avoir 55 ans. Son journal avait prit fermement position cette année contre la guerre qu'on annonçait. Le lendemain le journaliste Louis Dubreuilh qui était présent dans le restaurant Le croissant au moment où le drame s'est joué raconte : « Jaurès est mort, il a été tué sous nos yeux par deux balles assassines. A la minute où il fut ainsi mortellement frappé, il s'entretenait avec nous des événements si graves qui acculent l'Europe à une catastrophe sans précédent dans l'histoire […] Il nous disait comment par un viril et lucide effort le gouvernement français pouvait encore sauver des horreurs d'un cataclysme universel la France et l'Europe avec elle.»

Sa capacité oratoire, sa présence naturelle, son imposition sur la scène de la tribune de la Chambre des députés comme on disait à l'époque, Jaurès était tout cela à la fois. Agrégé de philosophie, c'était aus...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici