Au Chili : « Tout peut basculer » – Suite et fin du récit de Rémy Simon

« C’est du Chili que je veux vous parler. Sans insister sur les points communs avec les situations rencontrées sous d’autres latitudes dont la nôtre. Avec le souci de mettre en lumière la spécificité chilienne, en partant des faits, d’explications et de témoignages, de tous bords politiques récoltés sur place, et en se méfiant de la propagande et des fake news. Je suis en effet de retour en France, de mon troisième séjour à Valparaiso, mon « port d’attache », nous dit Rémy Simon, observateur d’un pays où « flotte un vent de rejet de l’austérité. »

La révision de la constitution très attendue

Par Rémy Simon

[En raison de l'incendie sanitaire provoqué par le Covid-19, les manifestations au Chili sont sous l'éteignoir. Et le référendum sur la modification de la Constitution est reporté au 25 octobre, NDLR]

L’inquiétude sur l’avenir gagne les différents secteurs de la société chilienne. L’instabilité politique ne profite pas à la Gauche ni aux autres tant le « dégagisme » est fort. Rejet des politiques, des « élites », des medias, refus d’être représentés par des leaders. Depuis le début de l’explosion, ce sont environ 14 000 militants de tous bords qui ont rendu leur carte de parti ! Une probable évolution ...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici