Benoît Hamon et Alexis de Tocqueville – Par William Irigoyen

Cet article du journaliste William Irigoyen a été écrit au lendemain de premier tour de la Primaire à Gauche. Il a été publié dans le journal mensuelle suisse francophone La Cité.
Benoît Hamon et Alexis de Tocqueville
Par William Irigoyen

Arrivé en tête du premier tour des primaires de la «Belle Alliance Populaire» (Parti socialiste et alliés), devant l'ancien Premier ministre français Manuel Valls, Benoît Hamon a cité Alexis de Tocqueville: «Chaque génération nouvelle est un nouveau peuple.» (De la démocratie en Amérique). Et d'inscrire son résultat dans un mouvement de reconquête mondiale d'une gauche plus clairement marquée, associant les Espagnols de Podemos, les disciples de Bernie Sanders aux États-Unis ou encore ceux de Jeremy Corbyn au Royaume-Uni. Et l'on pourrait ajouter ceux de Yanis Varoufakis, l'ancien ministre grec des finances qui, sur Twitter, n'a pas manqué de saluer «Benoît».

Ce n'est pas tous les jours qu'on entend un responsable du PS français inscrire sa victoire dans un mouvement plus global du camp dit «progressiste». À la rue de Solferino, on laisse cela, d'habitude, à Jean-Luc Mélenchon, qui aime souvent évoquer la Bolivie de Morales, le Venezuela de feu Chavez puis de Nicólas Maduro ou encore le Cuba des frères Castro.
«Un pari sur l'avenir»
Quoiqu'...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici