CFDT-53 : « la Justice (…) montre à Noz qu’il faut respecter le droit syndical»

Entraver la libre désignation de délégués du personnel, et plus généralement faire fi du droit syndical, c’est un délit avec lequel il ne faut pas jouer. Rémy Adrion le PDG de Noz qui avait été condamné par le tribunal correctionnel de Laval le 24 septembre 2015 à deux fois quatre mois de prison avec sursis, pour entrave à la liberté syndicale et prêt illégal de mains d’œuvre à but lucratif, assorti de 5 000 euros d’amende vient de voir sa condamnation confirmée en appel. La Justice à Angers, dans son arrêt, confirme totalement la décision du tribunal de Laval.
Par Thomas H.

« C’est une très bonne nouvelle pour les salariés, les droits dans l’entreprise, le syndicalisme et la CFDT ; l’entreprise était coutumière du fait. », commente Mélanie Allain, la secrétaire départementale de ...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 €
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici