Circulation à Laval : «panser les problèmes sans penser aux réelles solutions de demain ?»

Copyright Lucas Lechat leglob-journal

Par Lucas Lechat - «Il est devenu impossible de se garer en ville». Voila bien une phrase que l'on entend partout et depuis 10, 20, 30 ans, si ce n'est plus, et qui continue d'alimenter les conversations, les promesses et les actions politiques. On ne peut pas nier que circuler et se garer en centre-ville est, à certaines heures de la journée, une vraie gageure. Consciente de ces problèmes, la municipalité de Laval organise ce 17 mars ce qu'elle appelle un Jeudi-citoyen, en présence du sénateur-maire François Zocchetto. Les Lavallois sont donc invités à venir débattre avec les élus des questions de stationnement dans la ville.

Par Lucas Lechat

Espérons que cela soit vraiment l'occasion d'échanges nourris et constructifs pour faire surgir de nouvelles solutions pour une meilleure circulation en ville, car la lecture du programme laisse malheureusement penser que l'exercice ressemblera plus à une réunion d'informations, au cours de laquelle sera détaillée l'instauration de zones bleues en centre-ville.

Petit rappel, le plan de stationnement mis en place sous la précédente mandature socialiste Garot-Boyer a certes amélioré la fluidité et la rotation des places libres grâce aux parkings barriérés avec leur heure de stationnement gratuit ; mais il a surtout soulevé de viv...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici