Confinement Covid-19 et réflexions sur une ville morte – par Nicolas Chomel

Quand Didier Pillon et ses colistiers en campagne pour les élections municipales annonçaient « avec François Zocchetto, nous avons réveillé Laval, maintenant nous allons la transformer...», je me suis dit que, soit ils considéraient les Lavallois comme des endormis profonds, soit l’équipe sortante était composée de piètres réanimateurs.

Par Nicolas Chomel

Aujourd’hui, avec l’épidémie de Coronavirus et, traversant (pour un motif légal) les rues de la ville déserte, comme endormie donc, je m’interroge : est-ce que Laval et ses habitants pourraient sortir transformés de leur ralentissement forcé et de leur confinement ?

Les règles imposées par le gouvernement depuis ce lundi soir 16 mars restreignent les déplacements au stricte nécessaire : se rendre sur son lieu de travail seulement si c’est indispensable, faire des achats de première nécessité, se rendre chez son médecin, à la pharmacie ou à l’hôpital et faire de l’exercice physique (marche, vél...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Vous voulez lire la totalité de cet article? Choisissez une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal