Démocratie, pluralisme et média en Mayenne – Par Thomas H.

Par Thomas H.

Adhérez à l’association leglob-journal*


« Un support d’informations très riche, un média indépendant, un bol d’air pur ! » ou bien « Utile plus que jamais en Mayenne… », voilà quelques uns des jugements entendus ou lus au sujet du Glob-journal en Mayenne. Car finalement les contre-pouvoirs y sont faibles. S’ils existent, ils ne se montrent pas trop. Encouragée à se taire, la très grosse majorité des Mayennais préfèrent donc le silence à l’expression, surtout si elle va à l’encontre d’un certain ordre établi. C’est ce qu’un lecteur du Glob-journal appelait dans un commentaire « la modération mayennaise » .

De l’autre coté, il semble que l’entre-soi soit devenu au fil des années une façon de faire des affaires. « Travailler à Paris évite tout risque de conflits d’intérêt à Laval » avait déclaré au Glob-journal l’avocat d’affaires François Zocchetto, ce qui sonnait comme un aveu déguisé, alors qu’il annonçait son recrutement dans un célèbre cabinet parisien. C’est vrai aussi dans un lieu appartenant au public comme le conseil général (devenu entre temps conseil départemental) où le président dans le passé, tel un monarque, a toujours été ressenti comme puissant. Faisant les élus et défaisant parfois les préfets.

C’est pourquoi la presse, en 2020, se doit d’exercer plus que jamais son rôle de vigie enquêtrice. L’argent qui est « distribué » est le fruit de la collecte d’impôts effectuée auprès des contribuables mayennais. Et toute somme engagée mérite d’être par exemple débattue publiquement. Pas uniquement en comité restreint. C’est cette transparence qui doit de nos jours plus que jamais prévaloir.

D’ailleurs, et comme l’écrit Frédéric Lordon, nous savons bien que « l’essence des institutions commande le mensonge. Car les institutions ne vivent plus pour ceux qu’elles sont censées servir : elles vivent pour elles-mêmes, et n’ont plus cas que d’elles-mêmes. Si la persévérance requiert de mentir, on mentira. Et comme les institutions sont des lieux de pouvoir, ça requiert beaucoup. Alors on ment beaucoup. (…) »

Transparence, ce ferment de la démocratie

Au Glob-journal, vous l’avez compris, nous sommes pour la transparence, ce ferment de la démocratie. Nous sommes, mais pas uniquement, pour ce que certains dénoncent comme une entrave : le contrôle des activités, des revenus, des conflits d’intérêts des élus, de la légalité des actions entreprises, etc. Autant de notions qui guident par exemple la Chambre régionale des comptes. Attitudes saines accentuées par la création plus récente de la Haute autorité de la transparence de la vie publique. Au Glob-journal, nous privilégions, notamment, la publication d’informations d’intérêt public. Sinon, si l’on attend qu’elles arrivent des institutions, tous les abus sont possibles, toutes les corruptions sont envisageables. Et les mensonges aussi.

Leglob-journal, média d’informations en ligne en Mayenne

Au début de la vie de votre média en ligne, nous avions écrit un article intitulé « C’est bon la transparence … ». Aujourd’hui, cette envie de moralisation de la vie publique s’affirme de plus en plus en Mayenne. Ces derniers temps, on a d’ailleurs assisté à ce que leglob-journal appelle des « renoncements de circonstance » de la part de personnalités publiques locales.

Les Mayennais, comme le reste des Français, commencent à se familiariser avec ce besoin de clarté. Les réseaux sociaux, avec leurs travers également, n’y sont pas étrangers. « Fini la confiance aveugle en les élites« , disent certains de nos concitoyens, au risque de tout emporter avec cette idée bien trop brutale que leglob-journal ne partage pas. Les élus sont indispensables pour orchestrer la démocratie. Certains en font les frais, car ils sont exposés, en direct, à la vindicte populaire. Tous, hélas, ne sont pas de cette trempe qui met au dessus de tout l’intérêt général, et ceux qui sont plus vertueux sont assimilés à ceux qui sont qualifiés de « brebis galeuses ». Tout individu avec du pouvoir peut être tenter d’en abuser, et sans contrôle, sans presse jouant réellement son rôle face à un élu qui en impose, sera tenté d’en profiter.

« Mal nommer les objets, ajoute au malheur du monde »

Pas question ici de reparler de nos enquêtes, dans ces colonnes, sur le drôle de montage financier, par exemple, autour de la Tour Montparnasse et du conflit d’intérêt qui en résulte avec le président du Medef local, ou bien, sur la révélation du coût du sponsoring du bateau V and B (720 000 euros TTC) [Au détriment, constate ce lecteur, de la base de voile sur le lac de Haute Mayenne, NDLR]. Un article publié la veille de la présentation officielle au cours d’une conférence de presse à Paris où les confrères avaient choisi de se plier à l’embargo du service communication du Département et de « retenir » l’information. Pour Leglob-journal, sans respect de la carte de presse dont le fondateur du média en ligne est titulaire, il ne pouvait y avoir d’embargo à respecter.

C’est en raison de la publication de ces informations « génantes » que son fondateur, en 2019, n’a plus été admis, à quatre reprises, à s’asseoir comme il le faisait depuis 2017 sur le banc, à coté de ses confrères journalistes au conseil départemental de la Mayenne. Pointer des pratiques inhérentes à un mauvais fonctionnement de la démocratie représentative, forcément, cela ne plaît pas à ceux qui en sont à l’origine. C’est pour cela que le silence règne majoritairement autour du Glob-journal. Ignorance jusqu’au mépris parfois.

Nos investigations causeraient donc du tort à des personnalités publiques? Sans doute. Mais, elles en causent aussi à ceux qui écrivent, c’est l’inconvénient d’une presse plus libre et moins corsetée, comme c’est le revers de la médaille, pour l’élu, dans les devoirs de sa charge d’être sous les projecteurs. N’a-t-il pas tendance à oublier qu’il a choisi la vie publique et ce qu’elle impose.

Alors faut-il faire perdurer ces dysfonctionnements de la démocratie ? Faut-il ne rien dévoiler et se draper dans un silence enveloppant et complice? Pour nous, c’est non. Car « mal nommer les objets, c’est ajouter au malheur du monde » disait Camus. Pour élargir les horizons des lecteurs, des citoyens, des Mayennais, au nom du pluralisme, nous devons mettre au jour ce que nous connaissons, mettre en avant le fruit du recoupement des informations et de notre travail d’investigation journalistique. Ne pas le faire équivaudrait à jouer la complicité par la rétention d’ informations. Ce que nous ne voulons pas.

Pour développer votre média en ligne, l’association Leglob-journal, déclarée d’intérêt général, et qui publie en Mayenne ce nouvel outil d’information et de démocratie lance une campagne d’adhésion. En devenant adhérent de l’association Leglob-journal vous soutenez notre démarche et vous pouvez aussi, si vous le souhaitez, contribuer à enrichir nos colonnes. Comme d’autres le font déjà régulièrement.

En Mayenne, la Démocratie le mérite, et vous aussi. Bonne année 2020 avec leglob-journal!


▶ L’association leglob-journal tient son AG, le mercredi 12 février à la Maison Rigolote à Laval – 58 ter, rue du Hameau – à partir de 19 heures.


Vous avez commenté cet article :

  1. Comment ne pas saluer un tel article ! Tout est dit …

    Enfin un média de qualité en Mayenne indépendant des considérations économiques et politiques qui malmènent et discréditent la presse locale …

    Enfin, un média qui joue à plein son rôle de quatrième pouvoir ! Soutenons-le !

    J’espère que les Mayennaises et Mayennais prennent conscience jour après jour de l’importance du pluralisme de la presse et qu’ils choisiront d’adhérer à l’association le glob-journal, c’est bien une certaine presse locale de qualité qui a besoin de chacun d’entre nous !

Commenter cet article