« Donner voix aux affligés et affliger les importants »

Comment va notre Presse ? Mal. C'est le premier mot qui vient à l'esprit. «Les chiens de garde de la démocratie» sont affaiblis. Le monde de la presse est mis à mal et le peuple des journalistes souffre aussi, silencieusement.

Par Thomas H.

Et ce ne sont pas uniquement les récents regroupements financiers qui en sont la cause. Certes les fusions-absorptions des titres de presse qui sont versés dans de grands groupes tentaculaires détenus par des milliardaires, permettent à ces nouveaux propriétaires - véritables magnats -, de devenir annonceurs dans leurs propres titres de presse.

Pourtant, ils ne connaissent pas grand chose du journalisme, n'ont-ils jamais rédiger un article? Ce qu'ils amènent ce sont les ressources, les stratégies, les restructurations. Et pour eux, c'est presqu'une sorte d'opération blanche, dans le genre je me paye des pages de pub dans des supports qui m'appartiennent. La boucle est bouclée.

Mais si la presse va aussi mal, c'est bien surtout parce que le journalisme, et ceux qui l'incarne, ne va pas bien du tout et depuis plusieurs décennies. Déjà Jean-Claude Guillebaud avait tiré la sonnette d'alarme, et bien avant lui Pierre Bourdieu également.

Le premier, écrivain, essayiste et journaliste français estimait déjà au siècle dernier que le...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici