Elections : « Démocratie de classes » et convictions – Par Sarah Pommard

Viatcheslav Taranov - "La démocratie", 2015

La question est plus ou moins perceptible à chaque élection, jusqu’à devenir parfois un argument de campagne : faut-il être « compétent » pour diriger une collectivité locale ? Entre adversaires politiques, il arrive même qu’on se reproche les uns les autres d’être « incompétents ». Mais derrière ce type d’accusation se cache aussi un mal plus profond : la « démocratie de classes » dominée par une aristocratie composée de notables. Une injustice sociale pouvant contrarier les vocations politiques, tout en abîmant ce qui constitue l’essence même de l’engagement citoyen : les convictions.

« Ceux qui savent »

Par Sarah Pommard

À l’occasion de la campagne des élections municipales de 2020, on voit réapparaître ici...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle, renouvelable chaque mois.
Formule sans engagement, résiliation à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture.
Paiement en une fois, engagement 1 an, renouvelable.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici