Élysée 2017, histoires de votes : de l’utilitaire, au «vote utile»

Les Français, par le passé, ont pu s’exprimer au moment de déposer leur bulletin dans l'urne. Ils l'ont fait soit sous la contrainte psychologique pris par l’effet sidérant de surprise, soit par convictions, ou alors parce qu’il le fallait bien. Le vote, ce grand sujet d’actualité en raison de la présidentielle 2017, est pluriel. Mais à bien analyser, il se joue, cette fois, une étrange petite musique.

Par Thomas H.

Le vote quand il n’est pas perverti par l’abstention, quand il est tout sauf motivé par une trop grande envie de se dégager de la politique et de ceux qui l’incarnent ; le vote quand il n'est pas «sanction» ; le vote quand il devient un acte d’engagement politique fort, ce droit de vote a pu revêtir, sous son apparence simplicité, divers aspects. En France, il y ...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle. Renouvelable chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici