En Mayenne, la convention ruralité refait surface – Par Stève Gaudin

Il enseigne en Mayenne depuis plus de six ans dans des écoles rurales du Sud du département. Stève Gaudin est professeur des écoles et connaît donc la situation dans les petites écoles en milieu rural qui pourraient être directement touchées par cette convention ruralité réactivée cette année par les services de l'Éducation nationale en Mayenne et que l’Association des Maires de la Mayenne avait pourtant refusé de signer en 2017. Stève Gaudin nous fait partager son sentiment d’enseignant sur cette convention ruralité dont il estime qu'elle est dangereuse

Par Stève Gaudin *

Le secteur dans lequel j’exerce est défavorisé socialement, mais dans ces « petites écoles » à 2, 3 ou 4 classes règne le plus souvent une bonne ambiance de travail. La proximité avec les familles est réelle. Les cours multi-niveaux peuvent être une richesse pédagogique, et une école à taille humaine permet, largement, les échanges entre collègues.

Je considère personnellement que les zones rurales ne sont pas des zones privilégiées, ce sont même les plus défavorisées dans notre département. Elles subissent déjà une réduction de la présence des services publics avec la suppression des bureaux de poste, des trésoreries, des maternités et des services de santé. Le département de la Mayenne a déjà con...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici