Fonderie Mayennaise : avec le recul, la surdité comme réponse et «le sentiment d’un immense gâchis!»

Retour sur une aventure à taille humaine. Celle de la reprise envisagée de l'outil de travail, il y a quelques mois, et sous la forme d'une SCOP par des ouvriers qui ont cru en leur destin, mais qui ont rencontré à la fois lourdeurs administratives et freins politiques. «C'est un exemple parmi tant d’autres de la désindustrialisation violente et silencieuse de notre époque» nous dit une ex-salariée. Une femme dans l'aventure parmi les hommes. À présent au chômage.

 
Entretien avec Mélinda Deshayes 

 

leglob-journal - Qu'est-ce que vous ressentez à présent après cette tentative de reprise qui n'a pas fonctionnée?

Mélinda Deshayes : Sentiment d’un immense gâchis! Ce sont 50 emplois qui ne seront pas créés et 6 M€ de CA qui ne profiteront pas à l’économie local...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 €
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici