François Fillon, et le rouleau-compresseur ultra-libéral de la droite

C’est la fin de la Primaire de la droite et du centre. Le rideau vient de tomber sur cet épisode de la vie politique française qui aura accaparé une part importante de la sphère médiatico-politique. Il est vrai que c’était « inédit  »pour reprendre un argument, celui de certaines chaînes de télévision qui présente en prime-time un film jamais vu. La première Primaire à droite s’est tenue et s'est trouvée un unique « champion » derrière lequel le parti - Les Républicains - s’est engagé, dans une belle unité de façade, à se rassembler.

Par Thomas H.

Ce sont les sirènes ultra-droitistes du député de Paris qui ont été prépondérantes. François Fillon a séduit en reprenant la thématique de « l’identité française  » qu’affectionnait Nicolas Sarkozy. « La France veut des actes et de la vérité ». Le voilà prêt, en cas de victoire en 2017, à s’asseoir dans le fauteuil présidentiel ; ce qui ne fait que commencer à inquiéter face à la candidate de l’extrême-droite qui peut se propulser a...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnez-vous!

Pour lire la totalité de cet article, choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal