Gestion de la ville de Laval : le verre à moitié vide ou à moitié plein – Par Philippe Habault

Un rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) mal digéré. Normal après tout, quand on est en charge, comme Philippe Habault, des finances de la ville de Laval et que le rapport intervient à quelques mois des Municipales. Remise en question, interrogations, utilisation de mots et de tournures spécifiques – toujours rédigées avec diplomatie -, les magistrats de la CRC disent objectivement le fruit de leur étude et signalent, que cela plaise ou pas, « une situation financière préoccupante ». A la lecture des arguments développés par Philippe Habault, on perçoit que le clivage politique droite-gauche n’est pas un vain mot, car chacun voit midi à sa porte. En charge des finances de la ville de Laval, Phillipe Habault est en droit de se sentir visé. Sur leglob-journal, l’adjoint de François Zocchetto revient sur ce rapport de la CRC et en donne sa lecture.

De l’interprétation des observations définitives de la CRC

Par Philippe Habault*


La présentation d’un rapport de gestion d’une Chambre Régionale des Comptes est toujours la même et peut être lu selon que l’on regarde la bouteille à moitié pleine ou à moitié vide.

Pour être objective, l’opposition devrait se rapporter aux quatorze recommandations, c’est à dire la synthèse où aucune n’a trait aux finances de la ville. Si la situation était tellement dégradée, alors où sont les recommandations à ce sujet ?

Une lecture objective du rapport de la CRC montre que la ville de Laval a, depuis 2014, diminué ses dépenses de fonctionnement, diminué son endettement, soutenu une politique ambitieuse d’investissements. Ce que la CRC relève, dans la synthèse : « la commune n’est cependant pas restée inactive : elle a choisi de transformer son encours à risque en emprunts non risqués, recherché des ressources en vendant des biens immobiliers, régularisé le régime de temps de travail des agents, mise en place une démarche de performance et mutualisé plusieurs services avec l’agglomération« . (Page 14)

Dans le même temps nous avons baissé les impôts trop lourds qui réduisaient son attractivité, tout cela dans un contexte de réduction massive des dotations de l’État. La sortie des deux emprunts toxiques fait disparaître un risque très conséquent et la ville dispose désormais d’une « visibilité nettement supérieure sur les charges qu’elle va devoir supporter dans les années à venir par rapport à la situation de 2013« , (Page 80).

Si l’information aux élus est toujours perfectible, pour autant, comme l’écris la CRC, « la commune a choisi d’aller au-delà de ses obligations pour améliorer l’information du citoyen« (page 12) et « la commune a fait d’importants efforts depuis 2017 pour améliorer le suivi des politiques publiques, menées, en particulier par la définition, pour chaque secteur de politiques publiques, des objectifs de l’année et des points principaux d’amélioration » (page 14) car c’était bien notre volonté, ce qui nous anime. « La mise en place de ces documents constitue une amélioration significative dans le pilotage de la collectivité » (page14). Cette démarche contribue à la fois à renforcer la performance de la collectivité mais aussi sa transparence. À titre d’illustration, le budget présenté aux élus est désormais construit par politique publique, permettant ainsi une meilleure visibilité et une meilleure appropriation de la destination des crédits.

Par ailleurs, s’agissant de la protection des données, on peut remarquer qu’à notre arrivée la ville ne disposait toujours pas d’un correspondant informatique et liberté! « Ce qui a probablement retardé la prise de conscience de l’importance de ces questions au sein de la collectivité » (page 17) écrit la Chambre. Nous nous sommes employés à remettre de l’ordre dans ce dossier à la faveur de la récente réglementation sur le RGPD. Nous avons organisé la fonction de délégué à la protection des données. Le chantier mené par un juriste du service juridique, en collaboration avec la Direction des Systèmes Informatiques et Télécommunications, permettra de garantir la protection des données personnelles d’usagers ou du personnel. La chambre a d’ailleurs, pu prendre connaissance du plan d’actions élaboré dans ce domaine.

Pour conclure, il convient de rappeler que le rapport de la Chambre régionale des comptes, concerne aussi un an et demi de la gestion du maire précédent. Où sont les réponses de l’intéressé ? Pourquoi n’a-t-il pas donné ses réponses ? On comprend mieux pourquoi l’opposition cherche à faire diversion. L’objectif est simple. Nous craignons que l’opposition tente de rejouer sa partition de 2008, où d’un côté elle dénonçait une situation financière catastrophique tout en jurant les grands dieux qu’elle n’augmenterait pas les impôts (les propos dans la presse locale de l’époque de Guillaume Garot sont éloquents à ce titre – on lit les mêmes propos aujourd’hui de la part de ses successeurs socialistes). Nous connaissons la suite, près de 30% d’augmentation des impôts! Les Lavallois ont de la mémoire, et je doute qu’ils souhaitent revivre pareille aventure.

*Philippe Habault est adjoint au maire en charge des finances à la ville de Laval en Mayenne


Adhérez à l’association leglob-journal et/ou faites un don

Commenter cet article