Guillaume Chevrollier fait le pari de l’Économie sociale et solidaire

TRIBUNE - Recycler et faire circuler! Nous avions déjà le «développement durable», voici l'«Économie circulaire». Rien ne se perd, tout se récupère et se répare. Sérieux : c'est ce qu'on appelle l'ESS, nouvel acronyme pour Économie Sociale et Solidaire. Une nouvelle invention marketing? Ou bien une vraie avancée dans le monde industriel? Le sénateur (LR) Guillaume Chevrollier opte, comme le Premier ministre venu à Mayenne, pour la deuxième proposition et y croit dur comme fer. Sur leglob-journal, il nous dit, tout le bien qu'il pense de l'ESS qui permet selon lui : «Réduction des coûts, protection de l'environnement, nouvelles sources de chiffre d'affaires...» . 

 

Par Guillaume Chevrollier*

«Rendez-vous compte. Chaque français produit environ cinq tonnes de déchets par an. Sur ces déchets : 40% sont recyclés, 30% sont incinérés et 30% envoyés à la décharge.

68 milliards de tonnes de ressources naturelles sont ainsi prélevées chaque année dans la nature. En termes de recyclage, la France n’est aujourd'hui qu'au 25ème rang européen avec seulement 22% de recyclage du plastique. En Europe du Nord, certaines États atteignent 40%.

Le modèle économique actuel se résume en trois mots : Acheter-Consommer-Jeter. Que ce soit le consommateur qui jette aussitôt après ...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici