Haro sur les tribunes des oppositions municipales – Par Marrie de Laval

Photo d'illustration d'une opposition confrontée à la libre expression politique - image Pixabay

La libre expression reste sous pression, obligeant parfois à recourir aux juges pour se faire entendre. Exemple, en Mayenne, Renazé et Gorron qui illustrent parfaitement les problèmes rencontrés. Depuis 2002, les « tribunes de l’opposition » dans les bulletins municipaux sont les rares occasions de libre expression à peu de frais mais aussi de visibilité pour les oppositions municipales, entre deux périodes de campagne électorale. Mais dans la pratique, tout reste à la discrétion de certains maires.

Par Marrie de Laval

« Vae victis - Malheur aux vaincus » ! Telle pourrait être le mot d’ordre pour certains édiles aux affaires dans les collectivités locales. Et tant pis pour la Démocratie, les droits de l’Opposition, les résultats des urnes qui ne donnent pas une majorité absolue et un droit d’expression exclusif en faveur de l’équipe munici...

La suite est réservée aux abonnés

Déjà abonné-e ?  Se connecter


Abonnez-vous dès maintenant ⤵

  • Lisez ce qu’on ne lit pas ailleurs en Mayenne
  • Soutenez un journal indépendant adossé à une association reconnue d’intérêt général
  • Entrez dans l’investigation, l’analyse, l’opinion et écoutez des podcasts

Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
J'écoute les podcasts
 
Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 € pour 12 mois de lecture.
Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
J'écoute les podcasts
 
Abonnement de soutien - Vous nous aimez beaucoup
👉 60 €/an
J'apporte mon soutien à leglob-journal
Paiement en une fois, renouvelable chaque année
J'ai accès aux archives du Glob-journal
J'écoute les podcasts
 

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire



Contactez-nous : ici