Hulot s’en va, le dérèglement climatique se poursuit – Par Michel Lemosquet

Exit le ministre de l'Écologie, Nicolas Hulot a finalement renoncé à rester au gouvernement, créant un peu plus d'embarras encore pour le chef de l'État. François de Rugy le remplace. Le ministre laisse à celui qui prendra sa place un certain nombre de dossiers en cours ; le plus urgent concerne les arbitrages sur le nucléaire. Mais Nicolas Hulot, ministre d'État, n'a pas su - pas plus que les douze ministres qui l'ont précédé en vingt ans - infléchir la politique de la France face aux défis climatiques. Issu de la société civile, l'ancien présentateur d'Ushuaïa a néanmoins réussi sa sortie. «Cette démission largement commentée a provoqué des réactions en "chaîne" qui méritent d’être analysées.» commente Michel Lemosquet*.

Ministre le plus populaire du gouvernement, Nicolas Hulot, a...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle, renouvelable chaque mois.
Formule sans engagement, résiliation à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture.
Paiement en une fois, engagement 1 an, renouvelable.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici