« Il faut réparer les torts faits au travail »

Perte de sens, éloignement des valeurs humanistes originelles de l'entreprise, sentiment de manipulation managériale, situation d'isolement, harcèlement, dépression, tâches trop répétitives et dénuées de responsabilisation, présence de connivences mal vécues dans des espaces comme les « open space », ou convivialité forcée, etc. C'est ce constat bien peu reluisant que dressent beaucoup de salariés et dans des secteurs d'activités diverses. Un liste trop longue. Avec une envie d'en finir avec le travail, et de s'en éloigner une bonne fois pour toute.

Par Édouard L.

De plus en plus de salariés avouent « ne plus vouloir continuer dans de telles conditions  ». Dans des conditions de travail qui ne leur permettent « plus vraiment de s'épanouir  ». Est-ce un ressenti légitime? Ou bien...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 €
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici