Individualisés, segmentés, hantés par la recherche de la réussite, les jeunes paraissent dans l’aphasie!

Indignez-vous ! avait lancé comme un cri il y a 5 ans, à la jeunesse de France, Stéphane Hessel. Juste, avant de s'éteindre. « La pire des attitudes est l'indifférence » avait-il écrit dans ce petit livre au succès international ; entendu et relayé, surtout à l’étranger, le mot d'ordre semble, au lendemain des attentats qui ont secoué la France en 2015 , s'être dilué et presque complètement éteint. Les jeunes paraissent dans l'aphasie. Individualisés, segmentés, hantés par la recherche de la réussite ou de l'insertion professionnelle, cherchant – et c'est normal - à résister à la crise, ceux des années 2015 ne semblent plus en phase avec leurs aînés qui s'étaient découvert des intérêts communs pour plus de liberté, plus d'autonomie et plus d'émancipation. Analyse

Par Thomas H.

Les jeunes portent par essence, en principe, la régénération de la société et son avenir. C'est ce qui fonde les jeunes, « les adultes de demain ». C'est pour cela notamment qu'il ne faut qu'ils aient le sentiment d'être méprisés.

Et pourtant les voilà, en France, depuis longtemps - rappelons-nous par exemple les émeutes de 2005 - relégués comme une entité particulièrement ignorée, non reconnue, soumise aux emplois précaires, aux salaires plus bas que la moyenne et aux stages non rémunérés...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici