Justice – «En déjudiciarisant, on acte la fin du même droit pour tous»

« Le Droit, l’arme des Faibles», dénonce Gorgias, personnage inventé par Platon. Et nous sommes, tous, le faible de quelqu’un. Mais ce n’est qu'avec le Droit que fonctionne la Démocratie. Hélas, le projet de loi apparaît comme un véritable renoncement de l’État à la fonction régalienne de la Justice. Avec cette réforme, l’allégorie de la Justice, une femme aux yeux bandés perd sa balance et son épée. Le juge perd l'occasion de dire le droit. Il n'impose plus sa décision, ne recoure plus à la force publique, pour l’opposer à tous. Chacun pourra "s’arranger", soit en renonçant à ses droits, soit en abusant de sa force. Quand les individus se réapproprient l’exercice du droit, c’est que l’Etat ne fait pas son travail. Et la Nation y perd.

Par Marrie de Laval

Des tribunaux au bord de...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle. Renouvelable chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici