Justice : quand «Lactalis joue la montre» selon le parquet de Grenoble

« Dans l’affaire de sa fromagerie l’Étoile du Vercors qui pollue l’Isère, Lactalis joue la montre ». C’est l’avis de Laurent Becuywe, le procureur adjoint de Grenoble, que leglob-journal a interviewé. Le magistrat, au cours de l'audience pénale du TGI du 12 novembre 2018, avait déploré «l'impuissance de la Justice face à un grand groupe ». Il a requis contre Lactalis l'amende maximale de 500 000 euros prévue par la loi et l'arrêt des opérations de rejet, tandis que le défenseur de Lactalis avançait que « le Procureur [n’était] pas en mesure de prouver la pollution ». Sur leglob-journal, le procureur adjoint Laurent Becuywe s’explique. Il nous a accordé un interview, avant la tenue d’une nouvelle audience le 11 mars dans ce dossier à tiroir.

Entretien avec Laurent Becuywe*

Leglob-journal : c’est une affaire qui dure depuis très longtemps, comment la Justice peut-elle faire son travail ?

Laurent Becuywe : L’une des difficultés dans ce dossier c’est qu’il fallait que la Justice soit informée de la situation, or la situation est ancienne. Lactalis a racheté cette fromagerie en 2011, or c’est une fromagerie qui a été créée en 1942 ; les rejets s’effectuent depuis cette date. Mais Lactalis n’en n’assume la responsabilité que depuis le rachat en 2011.
...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici