L’esprit, la loi

police.jpg

Les gardes à vue retoquées! A compter du 1er juillet 2011, tout le dispositif de droit commun les régissant en France sera abrogé sur décision du Conseil Constitutionnel.
C’est une victoire pour certains qui le crient haut et fort. Pour d’autres, c’est un simple moratoire. Avant quoi?

 Par Thomas H.

Les juges de cette « haute » instance judiciaire où siègent (en principe) de droit les anciens présidents de la République ont choisi en revanche d’exclure les faits de terrorisme, le trafic de stupéfiants et la criminalité organisée, déjà jugées conformes en 2004.

Saisi dans le cadre d’une récente réforme depuis le 1er mars - ce qui a mis la France bien en retard par rapport à certains pays - une réforme qui permet eux justiciables de contester une loi en vigueur, le Conseil constitutionnel dont c’est le rôle de dire le droit sur les lois a donc reconnu que jusqu'à présent il y a eu, en quelque sorte, dysfonctionnement.

Une décision qui examine le respect des libert...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici