La campagne pour le second tour est déjà en marche avec des images clivantes

En ligne de mire du second et au lendemain du premier tour, la fracture est forte entre ces deux candidats, Macron et Le Pen. Économiquement, socialement, sociologiquement et en terme d'image. Elle révèle une conception bien différente d’aborder cet entre-deux-tours où rien n’est joué. C’est même un problème d’image qui déjà imprime l’empreinte d’Emanuel Macron et de Marine Le Pen, dans ce duel qui trouvera son épilogue le 7 mai au soir.

Par Édouard L.

« L’image est bénéfique parce symbolique » écrit Régis Debray, dans son livre Vie et mort de l’image. Elle peut-être bénéfique et contre-productive à la fois. Et justement, quand l'image symbolise plus que la parole programmatique, elle prend le dessus sur le réel.

De ce point de vue, revenons sur le dîner dans une brasserie...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle. Renouvelable chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici