Chômage : La fin au bout des droits

L'acte est nouveau en France, et c'est en cela peut-être qu'il est révélateur. Un chômeur en fin de droits s’immole par le feu devant une Agence pour l’emploi. Que cela se passe à Nantes où ailleurs, c'est inadmissible et intolérable. Au delà de la tragédie d’une vie perdue, celle de Djamal, cet évènement devrait tous nous donner à réfléchir.

Car cette immolation confère à notre pays un bien curieux statut. Celui d’une nation qui a délibérément oublier, encore un peu plus, les droits humains élémentaires qu’elle a pourtant elle-même portés au plus haut.

En Tunisie, Mohamed Bouazizi avait déclenché un soulèvement hors du commun. Il s’était lui aussi immolé par le feu. En France, ce n'est pas ce qui s’est produit. Si les réactions sur le coup dans la classe politique ont été fortes y compris au sommet de l’Etat, depuis plus rien. Un silence presqu’assourdissant. Comme si c’était inexorable. Comme si l’on ne pouvait rien faire et surtout ne pas revenir en arrière.

L’acte du jeune tunis...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnez-vous!

Pour lire la totalité de cet article, choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal