La force de l’empreinte

Mafalda, de Quino

"Il n’y a pas eu de vraie mesure de gauche, de signal fort pour bien marquer la différence" de Guillaume Garot. Sans être définitifs, sans sanctionner, ce sont des propos qui se disent à Laval après 2 années en responsabilité - Analyse

Par Thomas H.

2 ans après le retour de la gauche à la ville de Laval, quel bilan pour le porte parole de Ségolène Royal qui occupe la place 566 dans l’hémicycle à l’Assemblée nationale ?
La question mérite d'être posée et la réponse en raison de données structurelles et conjoncturelles doit se faire dans la nuance.

« Aucune action d’envergure n’a réellement été perceptible » ajoutent avec lucidité des lavallois, ce qui aurait permis à la nouvelle équipe de renvoyer aux électeurs à l’origine de sa victoire la sensation que ces derniers avaient bien fait de voter utilement.
N’est-ce pas dans l’action forte que l’on marque une empreinte ?

Mafalda, de Quino

L’attente de l’audit financier qui devait faire la lumière sur les comptes de la ville de Laval aura laissé une impression d’indécision. Et de malaise. Et puis cette annonce finalement des impôts faisant un bon terrible à la hausse pratiquement en début de mandat. C’était courageux certes, ( l’équipe municipale avait-elle le choix ? ), mais contre-productif.

Consensus - Et pourqu...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici