La GRS : pour « un nouveau Front populaire et l’écosocialisme »

Fruit de la fusion de l’aile gauche du PS et du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), voici la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS). Un tout jeune parti politique fondé en France le 3 février 2019 et animé par le député européen Emmanuel Maurel, Bastien Faudot, conseiller départemental de Belfort, et coordonné par la Sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienmann, ainsi que Jean-Luc Laurent, Président du MRC. La GRS qui est aussi présente en Mayenne avec pour l’instant une dizaine d’adhérents, "prône la création d’un nouveau Front Populaire, l’écosocialisme, une Europe au service des peuples et l’affirmation des valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité."

Grand entretien avec la Gauche Républicaine et Socialiste en Mayenne

Par Thomas H.

Leglob-journal : pourquoi la création de ce nouveau parti politique et sa déclinaison en Mayenne ?

Guillaume Agostino : C’est simple, c’est l’évolution du PS qui nous a amené à comprendre que ce n’était plus forcément la maison où nous avions envie de lutter dans le futur. On avait un PS qui n’était pas assez à gauche et aussi pas assez central pour pouvoir rassembler la gauche dans le futur. C’était surtout ça. On pense que la GRS est un terrain plus fertile pour créer de nouvelles alliances...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici