La rupture inventée

Ci-dessus : citation sur un mur en ville de la phrase emblématique du Président français prononcée au Salon de l'Agriculture à l'encontre d'une personne refusant de lui serrer la main.

La rupture, comme moyen de distanciation. La rupture, c’est certain, est la conséquence de trois ans de «nouveau régime». Un régime encore démocratique, certes, mais bien plus autoritaire qu’il n’y paraît. Silvio Berlusconi récemment de passage à Paris a fait l'éloge du "présidentialisme à la française". Diable ! La rupture est sournoise, de moins en moins acceptable et durable. Un peu plus de 30% seulement d’indice de satisfaction selon les sondages au crédit du N°1 français
La rue et les champs
La rue n’y croit plus. La rupture comme argument de dynamisme devait entraîner "des réformes nécessaires...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici