La tache de la rencontre du maire de Laval avec un dictateur restera indélébile

Des sourires, une écoute attentive, une poignée de main, ce n’est pas anodin dans le petit monde de la politique. La poignée de main a valeur de symbole, comme celle que François Zocchetto, le maire de Laval a donné à Bachar Al-Assad en tant que sénateur et membre du groupe Franco-Syrien au Sénat. Car une poignée de main, et une rencontre comme celle-ci qui a créée une polémique en France, même si elle se voulait « secrète », ce n'est jamais sans risques ni conséquences.

Par Thomas H.

Il y a celles qui ont manifestement tout changé comme la poignée de mains entre Nelson Mandela et Frederik de Klerk, et dans le même registre mais une moindre mesure celle d’Yitzhak Rabin et de Yasser Arafat. Toutes deux étant entrées dans l'Histoire, elles ont peut-être changé, ou contrarié la des...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle. Renouvelable chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici