La vente de l’îlot Saint-Julien, symptôme d’une politique déconnectée des Lavallois

Le président de "Laval Vivre Vert", Geoffrey Begon, renonce à la procédure engagée début 2018 devant le Tribunal administratif de Nantes contre la Ville de Laval, concernant l’îlot Saint-Julien. Il a décidé de déplacer aujourd’hui son action sur le plan politique, en rejoignant la liste portée par Isabelle Eymon, « Laval, écologique et solidaire ». Il revient pour leglob-journal sur cette trajectoire.

Lutter sur un autre terrain

Par Geoffrey Begon

J’ai emménagé à Laval durant l’été 2016. Mes enfants étaient inscrits aux écoles Alain et Michelet. L’usage, après la sortie des classes, était de se rendre au parc Saint-Julien, de l’autre côté de la rue. C’est ainsi que j’ai fait connaissance avec beaucoup de parents de l’école, tandis que mon fils et ma fille prolongeaient avec leurs ami·e·s les jeux entamés dans la cour de récréation. Les résidents de l’Ehpad limitrophe faisaient là leur promenade, profitant des rires et des joies d’enfants. Les habitants du quartier promenaient leur chien. Collégiens et lycéens se retrouvaient entre eux, formant des petits groupes sur la pelouse.

Les raisons du recours en justice

En septembre 2017, un an après mon arrivée, un placard jaune balaya ces habitudes : une enquête publique demandait si nous consentions...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici