Lactalis : 17 ans de procédure en Isère, « Je me bats contre un mur»

« Quotidiennement l’équivalent en eaux usées d’une ville de 10 000 habitants [sont] crachés dans la rivière » avait résumé à la mi-novembre 2017 une députée de l’Isère en interpellant devant l’Assemblée nationale la secrétaire d’État à la Transition écologique. L’élue pointait la fromagerie L'Étoile du Vercors rachetée en 2011 par le groupe mayennais Lactalis qui, avait reconnu la secrétaire d’État, « effectivement pollue en rejetant des effluents, sans traitement préalable, directement dans la rivière Isère ». Une situation qui dure depuis 17 ans. Et pour l'élu local, le maire Joel O'Baton ce sont autant d'années de combat pour faire respecter la réglementation. Une vraie bataille juridique menée contre Lactalis, au nom de l'égalité, par le maire de Saint-Just-de-Claix (Isère) où se trouve la fromagerie. 
Entretien avec Joël O'Baton
Leglob-journal : Vous avez assisté à une réunion en Préfecture à Grenoble, ce Jeudi 28 juin 2018, où il vous a été produit des documents qui apportent de l'eau au moulin de Lactalis. Et tout le monde parle de «revirement» ?

Joël O'Baton : Le mot «revirement» est un terme de journaliste. Non, cela ne change rien... Dans cette réunion avec le Préfet, nous avons été assailli de chiffres pour nous dire que le branchement de L'Étoile du Vercors à la...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici