Laval Agglo : « le Parc Grand Ouest ne sera pas une vallée de la chimie »

On en sait un peu plus sur projet de Parc Grand Ouest dit d’« Argentré-Bonchamp», dans les cartons depuis quinze ans en Mayenne. La phase de concertation et la poursuite du projet ont été votées à Laval Agglomération moins quelques abstentions de l’opposition, celle des élus de gauche de la ville de Laval. A la veille de la recomposition de laval-agglo, en raison des élections municipales à venir, il était bon pour certains maires directement concernés de prendre la parole.

Bémols et promesses vertueuses

Par Thomas H.


« Il s’agit d’un parc, je le rappelle, de haute qualité environnementale, et il ne s’agira donc pas d’en faire une vallée de la chimie… » explique le vice-président de Laval Agglo qui a donné des précisions sur l’ouvrage « à taille humaine » d’un « coût prévisionnel réactualisé de 51,7 millions d’euros ». Le Parc Grand Ouest, « dans son orientation n’a pas vocation à attirer des entreprises dangereuses ou classifiées Seveso » a déclaré Yannick Borde, se voulant rassurant, dans une dernière intervention de la mandature. La composition de Laval Agglo sera bien évidement renouvelée par le jeu démocratique des élections municipales.

Février 2021, l’enquête publique sera lancée pour ce dossier qualifié de « majeur » pour la collectivité lavalloise qui regroupe 34 communes et qui lorgne, après avoir absorbé la communauté du Pays de Loiron contre son gré , sur celle de Vitré. Allusion faite à nouveau par son Président François Zocchetto qui après cette dernière session de Laval Agglo s’apprête à redevenir un « simple citoyen« . Début 2024, « ce sera le début de l’installation des entreprises« , rappelle Yannick Borde.

D’une surface équivalente de celle de la Zone industrielle des Touches à Laval, selon Yannick Borde le maire de Saint-Berthevin, le Parc Grand Ouest est en gestation depuis 15 ans et les choses se sont accélérées, il y a quelques temps en raison de la proximité des élections. Laval Agglo aurait « un développement d’activité mesuré, qui doit continuer. Bon an mal an, à ajouté Yannick Borde, la collectivité vend aux entreprises l’équivalent de douze à quinze hectares de foncier. » Un vice-président en charge du développement économique de l’agglomération de Laval qui sait de quoi il parle, il est par ailleurs, rappelons-le mandataire de 33 sociétés dans le secteur du logement.

Des bémols environnementaux

Le maire d’Argentré a pris la parole sur la question environnementale du projet de développement économique. Christian Lefort qui briguera son 4 ème mandat en Mars prochain, a émis quelques bémols, même s’il s’est empressé de déclarer à l’adresse de la collectivité territoriale rassemblée dans la salle des fêtes de l’Hotel de ville : « Nous sommes favorables à ce projet! Nous ne mettrons pas de bâton dans les roues de cette affaire-là, c’est trop important pour notre développement. » Néanmoins, a ajouté le vice-président jusque-là en charge du Sport à l’Agglo : « il faudra être vigilant sur le fait que ce parc préservera bien la qualité de notre environnement. Je pense aux camions qui pourraient traverser la commune d’Argentré. Le problème existera, car tout le monde, pour un problème de coût et le coté pratique des choses, ne prend pas l’autoroute et reste sur la RD57 qui reçoit, de fait, beaucoup de camions. Et si c’est un parc vertueux, comme l’a dit Yannick Borde, tant mieux !… mais nous serons aussi vigilant au traitement de l’aménagement paysager… »

Un certain nombre de questionnements seront restés sans réponse lors de l’intervention de Yannick Borde en séance publique de Laval Agglo. Ceux résultant des « contributions et des avis exprimés » par les habitants ou les représentants du Medef qui ont été sollicités. En voici quelques exemples : « Est-il prévu une zone de covoiturage en sortie du péage? – « Des éoliennes sur le parc? » – « Des crèches collaboratives? » – « Une concertation sur le choix des entreprises? » – « Quelles indemnisations pour le préjudice visuel et même moral? » – « Pourquoi un cabinet de communication de Toulouse et pas un cabinet du 53? » – « Il faut faire une piscine sur le parc pour les salariés et les autres« . Enfin, cet avis interrogatif : « Ce parc sera-t-il une plateforme de transit de matériel destinée à Amazon, qui va être vendu à Amazon, un excellent contributeur fiscal comme chacun sait? »

Il y a eu aussi en séance publique cette intervention sonnant presque comme un avertissement. Gwenaël Poisson le maire de Bonchamp-lès-Laval, concerné par le projet, a dit compter sur une « collaboration [qui] doit continuer à se faire entre l’Agglo de Laval et le Département de la Mayenne, collaboration qu’il faudra reconduire en parallèle… » De ce point de vue-là, une chose est sure, les élections municipales rebattrons toutes les cartes… Et du coup rien n’est franchement assuré, coté pérennité des décisions énoncées de façon générale et programmatique. La vie économique et politique est loin d’être un long fleuve tranquille : Laval en a fait – et les tenants de la majorité qui ont perdu leur mentor sont bien placés pour le savoir – l’amère expérience récemment.


Adhérez et faites un don

Commenter cet article