Le centre d’appels Coriolis : entre colère sourde et résignation

Rien ne filtre ou presque de chez Coriolis, le premier employeur privé situé dans le quartier Murat à Laval. Un peu plus d'un an après la dernière grève déclenchée au Centre d'appels, on sait, - communication institutionnelle oblige par voie de presse - , qu’il cherche à recruter. En revanche pour avoir des informations, et pour comprendre, il faut se trouver en son cœur. Ses salariés ont souvent fait parler d’eux lors de mouvements sociaux. Mais «depuis un an, l’usine à paroles semble muette, nous dit Sarah Pommard qui ajoute que l’atmosphère y est pourtant pesante.» Immersion vécue dans cette entreprise qui selon notre contributrice organise la «pression permanente».

Par Sarah Pommard

Le centre d'appels Coriolis installé en face de la cité administrative à l'entrée du quartier...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 €
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici