Le maire de Laval interpellé sur les six écoles restées fermées après la reprise

Les parents élus des écoles Alain, Michelet, Dolto, Kergomard, Hairy et Prévert viennent de faire part au maire de Laval « d’un certain nombre d’interrogations quant à la non-ouverture de nos écoles et aux conséquences qui en découlent. » Dans une Lettre ouverte envoyée à François Zocchetto, les vingt-quatre signataires posent un certain nombre de questions à l’élu lavallois.

Verbatim de la Lettre ouverte à François Zocchetto

Par des représentants de parents élus aux conseils d’écoles


Quels sont ces « diagnostics de sécurité » qui n’ont pas pu être réalisés durant les deux mois précédents ? Ne pouvaient-ils être prorogés ? Combien de temps faut-il pour réaliser ces diagnostics ? Pourquoi est-il nécessaire d’attendre dix ou quinze jours pour savoir quand les cinq groupes scolaires aujourd’hui fermés vont pouvoir à nouveau recevoir des enfants ? Est-il impossible d’établir un calendrier ? Qu’est-ce qui empêche les écoles de rouvrir les unes après les autres, à mesure que les diagnostics sont réalisés?

Nous n’avons pas d’exemple d’autres villes dont les écoles sont demeurées fermées pour le motif que vous invoquez… pourquoi était-il possible de rouvrir les écoles ailleurs, mais pas à Laval ?


2) Compte tenu du niveau d’information dont nous disposons, nous accueillons le motif de « diagnostics de sécurité » avec un certain scepticisme. Nous en venons donc à nous demander s’il ne s’agit pas en réalité de pallier à une insuffisance de personnels municipaux. Or nous constatons dans le même temps que, dans les écoles privées, toutes les cohortes sont accueillies, contrairement à ce qui se passe dans les établissements publics de notre ville.

Nous aimerions donc que vous nous rassuriez, en nous démontrant que nos écoles publiques ne restent pas fermées à seule fin que les écoles privées de la ville puissent bénéficier d’un encadrement suffisant en agents de la ville.

3) En termes de communication, comment se fait-il que nous ayons su seulement cinq jours avant la reprise prévue que, finalement, il faudrait encore patienter plusieurs semaines ?



4) Les enfants « prioritaires » des groupes scolaires fermés se trouvent regroupés à l’école Charles Perrault dans des conditions sanitaires manifestement insatisfaisantes, qui ont été dénoncées du côté
des enseignants comme des parents d’élèves. Une fiche RSST usager [Signalement au registre Santé et Sécurité au Travail, NDLR] a également été rédigée par des parents élus pour absence de protocole d’organisation préalable à l’accueil des élèves.

Que compte faire la mairie pour remédier au plus vite à cette situation ?
Nous espérons que vous pourrez nous répondre rapidement afin de rétablir une situation de confiance, plus que jamais nécessaire dans les circonstances que nous traversons. Respectueusement. »


Cette Lettre ouverte a été envoyée à toute la presse locale par Geoffrey Begon, parent d’élève à l’école Alain, chargé de mission pour la FCPE-53


Réponse du maire


Voici la réponse de Marie-Cécile Clavreul, adjointe au maire de Laval et par délégation, en charge des affaires scolaires. A la direction du cabinet du maire, il est évoqué une date de réouverture pour le 25 mai 2020.

« Dès que la date de la reprise effective de l’école a été connue, il s’est agi pour nos services techniques de pouvoir faire un état du parc aussi exhaustif. En effet, les entreprises prestataires de sécurité auxquelles nous faisons régulièrement appel se sont trouvées pendant la période de confinement dans l’impossibilité de procéder aux contrôles sur la sécurité incendie et les ascenseurs. D’autre part, des problèmes techniques plus classiques ont pu être relevés, sans que les équipes techniques ne puissent intervenir aussi souplement qu’à l’habitude. En effet, les prestataires et services techniques de la ville sont soumis aux mêmes règles et protocoles sanitaires de reprise d’activité.

En la matière, chaque collectivité a pris le schéma d’ouverture qu’elle jugeait le plus opportun. Pour la ville de Laval, le choix s’est donc porté sur une reprise progressive d’ouverture des différents sites. A ce titre, une attention toute particulière a été portée aux écoles des zones d’enseignement prioritaire qui ont toutes pu rouvrir dès le 14 mai.

Par ailleurs, la différence d’organisation entre enseignement public et privé conduit, pour la Ville, à des modalités d’intervention différenciées. C’est également la différence des caractéristiques de sites, gérés de manière autonome et moins nombreux dans le privé (9 sites en privée et 22 sites en public), qui a conduit à pouvoir accompagner une réouverture dès le 12 mai. Certains de vos propos sur cette question sont caricaturaux et nous le regrettons.

Pour tous les élèves scolarisés sur la ville de Laval, ainsi que pour toutes les familles, les services de la Direction Enfance Éducation ainsi que les Services Techniques demeurent mobilisés pour permettre une réouverture au plus vite et dans les meilleures conditions possibles et ce sans aucun esprit partisan. Ensuite, je vous confirme que la situation de crise sanitaire conduit à penser les organisations rapidement, en faisant preuve de réactivité et d’attention au contexte sanitaire toujours préoccupant.

Le rythme est rapide, nous nous devons cependant d’informer les partenaires de la façon la plus efficace possible. C’est pourquoi, nous avons tenu à vous rencontrer dès le 6 mai, afin de tenir la FCPE informée après avoir vu l’ensemble des Directeurs d’établissement de l’Éducation Nationale en Classe Virtuelle, le matin même. Nous traitons depuis les demandes des Directeurs en direct, toujours en liens étroits avec la Direction Académique avec qui les points réguliers permettent d’établir une méthode partagée sur les modalités d’accueil des enfants.

Enfin, vous nous soulignez la situation « des conditions sanitaires manifestement insatisfaisantes » de l’accueil prioritaire à l’école Perrault. Cet accueil a été mis en place dès le 17 mars dans le cadre de la mise en place du confinement pour permettre la continuité du service public pour les personnels prioritaires dans la gestion de crise.
Pendant ces journées, l’accueil des enfants des personnels nécessaires à la gestion de crise, s’est réalisé jours après jours, toujours avec le même souci de prise en compte des règles sanitaires en vigueur. Nous n’avons jusqu’à présent pas eu d’alertes et c’est visiblement la coexistence de cet accueil et de la reprise de l’activité de l’école qui a alerté les enseignants présents. La formalisation de l’occupation des locaux sous forme de Convention permet j’espère de clarifier la situation, et de permettre la continuité de cet accueil exceptionnel toujours nécessaire à l’accompagnement de la gestion de crise.

La ville de Laval s’attache, en lien étroit avec l’Éducation Nationale, à permettre une reprise progressive sereine. Également, c’est dans la continuité de ces échanges qu’il a été fait le choix d’accueillir prioritairement les Grandes Sections, CP et CM2 et que la question de l’accueil des Petites Sections et Moyennes Sections demeure aujourd’hui encore posée. Le protocole de reprise transmis par le Ministère de l’Education National détermine le cadre global, il convient ensuite de l’adapter aux lieux tels qu’ils sont configurés. Dans ce contexte, notre priorité conjointe va à la sécurité et au bien-être des élèves, ainsi qu’à l’accompagnement des professionnels qui veillent, sur le terrain, à une fin d’année aussi apaisée que possible.

Comme nous l’avons fait depuis le début de la crise sanitaire, la date de reprise des sites pour l’heure maintenus fermés ainsi que les modalités de reprise pour l’ensemble des niveaux des écoles lavalloises sera communiquée dès que nous serons en capacité de le faire de façon assurée, tant du point de vue des conditions sanitaires, de la capacité de mobilisation du personnel, en lien avec l’Inspection Académique. L’objectif est celui d’une information aux familles à l’issue de notre prochaine rencontre mercredi prochain. »


J’adhère – Je fais un don

Ils ont commenté cet article :

  1. Les enfants ont besoin d’avoir une vie sociale. Ils sont prêts à accepter des contraintes pour pouvoir se retrouver.
    L’enseignement se fait à la carte, par petits groupes avec leur enseignant.
    Si vous les interrogez, vous verrez qu’ils sont une source d’idées pour inventer des jeux en respectant les gestes barrières.
    Il faut leur faire confiance, ils se sont déjà habitués à un nouveau mode de vie car ils ne veulent pas vivre enfermés plus longtemps.

  2. C’est pas plus mal que de martyriser les gamins en leur imposant des comportements qui sont aux antipodes de leur comportement spontané et naturel
    Ils sont aussi bien et même mieux chez eux
    Que vont-ils faire à l’école mis à part être encadrés comme dans une prison … il n’y aura de place que pour la discipline pas pour l’enseignement

Commenter cet article