Face Ă  « l’impensable », « L’Education est l’arme la plus puissante… » 🔓

Les roses de Sophie Ă  Samuel Paty
Sophie a envoyĂ© spontanĂ©ment au Glob-journal ces mots de tous les jours qui mis bout Ă  bout constituent un engagement Ă  vivre passionnĂ©ment, malgrĂ© tout, sa vocation d’enseignante. Avec ce texte, elle nous dit tout son dĂ©sarroi face Ă  ce qui s’est passĂ© Ă  Conflans-sainte-Honorine et, aussi, sa rĂ©silience Ă  venir. Sophie que j’ai rencontrĂ©e sur le parvis de la mairie de Laval et avec qui j’ai parlĂ©, m’adresse, et Ă  nous tous, un message d’espoir et de continuitĂ©.

« J’ai confiance… »

Par Sophie*


« Je suis venue ce matin sur le parvis de la mairie de Laval. Ma copine Claudine Ă©tait lĂ , Ă©videmment et je t’ai rencontrĂ©, Roland.

Tu m’as dit : « Il est joli ton bouquet« … Il vient de mon jardin, je voulais le dĂ©poser mais je n’ai pas osĂ© alors je l’ai ramenĂ© Ă  la maison et j’ai mis les roses dans un vase.
J’ai Ă©crit ces quelques mots aussi sur une feuille blanche accrochĂ©e au bouquet : « L’Ă©ducation est l’arme la plus puissante que l’on ait Ă  disposition pour changer le monde » – Nelson Mandela.

Je lis cette phrase deux fois par jour sur le rond point des « deux écoles » au bout de ma rue, en partant au travail et en rentrant le soir.

Je continuerai Ă  travailler avec mes Ă©lèves sur le respect, la tolĂ©rance, la mixitĂ©, l’Ă©coute ( comme tous mes collègues ). Et, j’ai confiance. L’École a de très bons enseignants et aussi Ă©normĂ©ment de bons Ă©coliers, collĂ©giens, lycĂ©ens, jeunes… Au revoir Samuel ! « 


*Sophie, une simple prof.


« L’impensable est arrivĂ© ! » – par Michel Rose


PrĂ©sident de la Ligue de l’enseignement de la Mayenne, Michel Rose nous fait parvenir ce qu’il a Ă©crit, lui, au nom de l’institution – Ligue de l’enseignement – qui a Ă©tĂ© « crĂ©Ă©e en 1866 par Jean MacĂ©. (…) La fondation de la Ligue française de l’enseignement est particulièrement fondĂ©e Ă  s’exprimer sur la question puisqu’elle a inspirĂ© les lois sur l’école « gratuite, obligatoire et laĂŻque Â» Ă  la fin du XIXè siècle. Grand mouvement d’éducation populaire, la Ligue est partenaire de la vie associative, de l’école publique et dispose d’un rĂ©seau national de fĂ©dĂ©rations. »

Le mal est en l’homme, il est partout sur cette Terre !

Par Michel Rose*


Effroi et sidĂ©ration. Il s’appelait Samuel Paty, il s’appelait Abdoullakh Anzorov. L’un Ă©tait professeur, l’autre jeune tchetchène rĂ©fugiĂ© en France. L’un avait 47 ans, l’autre 18 ans. L’un pouvait ĂŞtre le père, l’autre le fils. Ils ne se connaissaient vraisemblablement pas.

Par quelle folie, l’autre a pu commettre l’abominable crime qui a emportĂ© la vie de Samuel Paty ? Abominable crime qui nous a sidĂ©rĂ©, tĂ©tanisĂ©, frigorifiĂ© d’effroi.

Nous faut-il dĂ©sespĂ©rer de croire en l’Humain, en son humanitĂ© supposĂ©e, en son intelligence et sa sagesse (Homo sapiens) Ă  la vue de cet acte odieux qui nous a bouleversĂ©, qui a bouleversĂ© nos consciences et nos cĹ“urs ?


Pourquoi ?


Par-delĂ  les faits, par-delĂ  cet assassinat d’un professeur, par-delĂ  cette attaque Ă  portĂ©e symbolique de l’Ă©cole de la RĂ©publique et donc du savoir et du respect qu’engendre cette institution, oui par-delĂ  l’Ă©motion et les nombreux discours nous ne pouvons Ă©vacuer la question qui nous taraude l’esprit : pourquoi ?

Oui, pourquoi ce jeune homme de 18 ans a-t-il pu commettre un tel acte de violence et de haine ? Par quelle démarche intellectuelle a-t-il pu en arriver à une telle extrémité ?

Les mĂŞmes questions qui ont Ă©mergĂ© après les attaques terroristes de mars 2012 Ă  Toulouse et Montauban, de janvier et de novembre 2015 Ă  Paris. Et au-delĂ  de notre espace et de notre temps, de notre territoire et de notre Ă©poque, comment des hommes ont-ils pu massacrer, gazer, assassiner d’autres hommes parce qu’ils Ă©taient juifs, tziganes, homosexuels en Europe, cambodgiens en Asie, Tutsi en Afrique ?

Le mal est en l’homme, il n’a pas de territoire privilĂ©giĂ©, il est partout sur cette Terre ! Ce mal il nous faut le nommer et le combattre par la raison, par la loi, par l’intelligence collective.

Par la raison, le savoir, la science, l’Ecole, l’Education. Par la loi, l’ordre et la justice. Par l’intelligence collective, par la promotion et la dĂ©fense des valeurs universelles liĂ©es aux droits humains intangibles et non nĂ©gociables.


On ne naît pas terroriste islamiste, on le devient


Le XXI ème siècle a vu Ă©merger une nouvelle idĂ©ologie de haine Ă  partir d’une dĂ©viance religieuse pour qui la fin justifie tous les moyens, dont des assassinats ciblĂ©s.

Car au-delĂ  de l’acte individuel de celui qui commet le crime, il faut remonter le cours de la construction intellectuelle de cet acte. Qui a mis le couteau, le hachoir, la kalachnikov entre les mains des assassins ? On ne nait pas terroriste islamiste, on le devient.

Les gouvernants des pays qui subissent ces attaques terroristes ont le devoir de protĂ©ger leurs citoyens, tous leurs citoyens. Il n’est plus possible d’ĂŞtre faible ou de nous montrer conciliant face Ă  des adversaires qui nous mĂ©prisent et nous haĂŻssent, ici en France, en Europe mais aussi ailleurs dans le Monde.

A nous de savoir affirmer nos valeurs universalistes, Ă  nous de savoir dire que le savoir s’impose Ă  la croyance et que la loi rĂ©publicaine s’impose au dogme religieux.

A nous de promouvoir et de dĂ©fendre la LaĂŻcitĂ© Ă  la française, notre bien commun qui complète le triptyque rĂ©publicain et qui est la condition mĂŞme pour qu’en nous respectant les uns les autres nous puissions « Faire SociĂ©té ». Enfin, assez des paroles et des discours de haine sur les rĂ©seaux dits sociaux ! C’est intolĂ©rable, inacceptable, rĂ©voltant, profondĂ©ment asocial !

Puissions-nous faire bloc, par-delĂ  nos engagements individuels, pour non seulement dire, mais nous donner les moyens de combattre celles et ceux qui veulent affaiblir la RĂ©publique en s’attaquant Ă  l’Ecole, Ă  ses enseignants, Ă  la LaĂŻcitĂ© et Ă  la libertĂ© d’expression.


*Michel Rose est prĂ©sident de la Ligue de l’enseignement en Mayenne



Le logo officiel du glob-journal

Investigations, analyses opinions, et LibertĂ© d’expressions en Mayenne – s’abonner ici


Vous avez commenté cet article :

  1. En 2002, l’annĂ©e de naissance de l’assassin de Samuel Paty, l’historien Georges Bensoussan, sous le pseudonyme d’Emmanuel Brenner, coordonnait l’ouvrage collectif « Les territoires perdus de la RĂ©publique ». La violence en milieu scolaire, la propagande islamiste, tout y Ă©tait. Personne n’a tenu compte des faits rapportĂ©s, lesquels ressurgissent aujourd’hui plus que jamais.

    Aujourd’hui, la parole d’enseignants se libère sur la situation qu’ils vivent au quotidien : leur autoritĂ© non respectĂ©e, le contenu de leur enseignement remis en cause par des Ă©lèves, la pression de certains parents,…

    Les partis et mĂ©dias de gauche qui se sont fourvoyĂ©s dans l’islamo-gauchisme en appelant Ă  participer Ă  la manifestation du 10 novembre 2019 Ă  l’appel du CCIF contre l’islamophobie, nĂ©ologisme inventĂ© par les islamistes pour assimiler Ă  du racisme la critique de la religion musulmane, ont lĂ©gitimĂ© ceux qui veulent abattre la RĂ©publique. Ces mĂŞmes qui dĂ©filaient dimanche dernier place de la RĂ©publique Ă  Paris donnaient un cĂ´tĂ© bal des hypocrites Ă  cette manifestation. Et pour se racheter il mettent en cause les tchĂ©tchènes !

    Pour prolonger ces 2 billets, il est à craindre que le meurtre de Samuel Paty ne conduise pas aux mesures qui s’imposent après trente ans de laisser-faire. La légitime émotion des hommages risquent encore de recouvrir notre colère. L’horreur de ce crime islamiste fera taire quelques instants les «oui, mais…», tant entendus en 2015 après Charlie hebdo et le Bataclan.

Commenter cet article