Les agriculteurs mayennais, du blues à la « détresse », se tournent vers Pôle emploi

Pôle emploi, la cible est inédite. Mais se rassembler devant les grilles de la Préfecture, ils le savent et le disent : ils ne peuvent plus guère attendre du Préfet de la Mayenne. Entre ce dernier et Philippe Jehan par exemple, celui qui mène et emmène en Mayenne la Fédération départementale des syndicats d’Exploitants Agricoles, les relations ne sont pas franchement au beau fixe. Alors, parce que les manifestations dites classiques, comme celle de l’été dernier n’ont « pas donné grand-chose  », il faut donc inventer d’autres façon d’interpeller l’opinion publique.

Par Thomas H.

Cette façon de faire parler d’eux, d'occuper l'espace médiatique est cette fois différente. Bien à l'opposé, en tout cas, de ce qu'ils nous ont donné à voir jusqu'à présent. Le syndrome des camionneurs montant sur la capitale pour peser sur les pouvoirs publics : terminé ! D’ailleurs, ils étaient peu nombreux. Cette démotivation à participer aux actions, c'est dorénavant une constante. Une quarantaine d’agriculteurs seulement s'étaient rassemblée devant le Pôle emploi flambant neuf du Quartier Ferrié, à Laval, l’ancienne caserne désaffectée.

En arrivant, les quolibets et les rires fusent devant les portes qui ont été fermées pour la circonstance. « Y'a personne là-dedans ? Si, ils sont en train de faire l’inventaire des crayons!  » répond cet autre agriculteur goguenard. Les autres rigolent comme le feraient des adolescents.

Et pourtant la « détresse », c’est le nouvel élément de langage avancé. On ne parle plus simplement de « difficultés », financières par exemple, de «trésoreries vides», non , on évoque la « détresse » celle des éleveurs qui voient leurs revenus baisser.

Depuis 2012, un exploitant agricole, un éleveur de bovins par exemple a vu son revenu avant impôts e...

 


Pour lire la totalité de cet article, vous devez être abonné. Choisissez une formule d'abonnement et de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal - Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
Je soutiens leglob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
Je soutiens leglob-Journal