L’Espace M réduit sa voilure : de 521 m2 en haut de la Tour à 300 m2 maxi🔓

une des photos promotionnel de l'Espace M à Paris
Image capture d’une photo promotionnelle sur le site Espace M*

A Paris, l’Espace M se cherche un nouvel espace vital. Le conseil départemental de la Mayenne a fait paraître, à cette fin, une annonce publiée dans le Bulletin officiel des annonces des marchés publics (BOAMP). Ce qui devait être une vitrine pour une « durée expérimentale » de vingt un mois « au maximum » selon le président du Département de la Mayenne sera bien pérennisée. Le conseil départemental va déménager l’Espace M du 13ème étage de la Tour Montparnasse qui subit des travaux de désamiantage pour s’installer dans un nouveau point de chute, sans doute moins surplombant…

Décidément, la Mayenne s’ancre à Paris

Par leglob-journal


La belle lettre P sur leglob-journal

Petite annonce pour grand local. Parue dans le Bulletin officiel des annonces des marchés publics, cet avis valable jusqu’au 25 novembre 2020 a été libellé de cette façon « Recherche locative d’un espace de représentation pour le département de la Mayenne à Paris. » Le Département poursuit son ancrage parisien. La collectivité recherche un nouveau pied à terre pour les entreprises locales, les associations, voire, pour organiser des événements. Après tout, la Mayenne accueille le tour de France en juin 2021 et les Jeux Olympiques sont l’occasion de faire du département un « partenaire » dit « terre de jeux ». La Mayenne espère recevoir les équipes pour les héberger et leur ouvrir des lieux d’entrainement avant les épreuves. Il faut donc bien se montrer à Paris pour promouvoir le territoire...

Publiée le 10 novembre dernier, l’annonce mettait le 25 novembre 2020 comme date limite de réponse, soit quinze jours seulement pour trouver la poule aux œufs d’or ; en plein confinement, cela tient un peu du « miracle de Noël ».

L’Espace M, – « dédié aux acteurs du territoire », pour vendre la « marque Mayenne » se voit donc consolidé, mais pour reprendre la métaphore de la navigation, en réduisant la voilure. On ne sait pas réellement si cette « expérimentation » a réellement fonctionné en terme de retombées. Car on apprenait, il y a quelques temps, que seulement « 37  % des personnes sollicitées » pour une enquête par le conseil départemental de la Mayenne avaient répondu à un questionnaire, avec un taux de satisfaction de « 96,5 % ». Et puis avec « 1922 réservations au total pour trois années et 7060 utilisateurs » annoncées par le Département, cela revient en moyenne à deux réservations par jour…. Et si, en plus, on se prend à diviser le coût de la location tri-annuelle par le nombre d’ « utilisateurs« , cela donne un plus de 70 euros par personne. Est-ce une aussi bonne opération?

Le site de co-working qui aura coûté sur 21 mois « près de 500 000 euros« , comme leglob-journal vous l’avait révélé ici, avait depuis janvier 2019 pris place au 13 ème étage de la Tour Montparnasse et devait contractuellement s’achever le 30 juillet 2020. Le loueur s’engageait à remettre tout en état à ses frais. Une installation effectuée dans 521 mètres carrés sous-loués à la société Act-Office, une des 48 sociétés du groupe mayennais Actual présidé par Samuel Tual.

La vitrine mayennaise déménage pour des raisons de travaux de désamiantage de la Tour Montparnasse, des travaux prévus depuis assez longtemps et pour lesquels le Département de la Mayenne avait été avisé bien avant de sous-louer à la société Act-Office. Cette société est également prestataire du service fourni auprès des « utilisateurs » des espaces mis à disposition des professionnels ou du public associatif du département. En effet « (…) Depuis 2014, plus de 10 000 mesures d’air ont été effectuées (…) » pouvait-on lire dans un arrêté préfectoral qui prévoyait « un démarrage des travaux de désamiantage » en 2019.


Une surface plus petite


Dans le Bulletin officiel des annonces des marchés publics, il est spécifié que « La présente consultation concerne la recherche en location, sous forme d’un bail non commercial de 3 ans, d’un espace tertiaire de représentation du Département de la Mayenne sur la commune de Paris, quartier Montparnasse, satisfaisant aux besoins suivants : la surface recherchée s’établit entre 250 mètres carrés et 300 mètres carrés« . Il est donc question de revoir ses prétentions à la baisse, puisque de 521 mètres carrés, le conseil départemental recherche au maximum 300 mètres carrés. Cet espace parisien devra comprendre « une salle de réunion d’une capacité de 10 personnes environ, des bureaux individuels et un salon d’accueil ou de coworking. »

Comme pour celui de la Tour Montparnasse, « le site doit être facilement accessible à pied ou par lignes de transports en commun directes depuis la gare Montparnasse I et II ; une proximité géographique est un atout majeur. » Enfin peut-on encore lire sur l’annonce publiée par le Département de la Mayenne sur le site officiel d’appels d’offres français, les « locaux doivent être conformes aux règles d’accessibilité et présenter des installations techniques satisfaisant aux normes en vigueur (électricité, ventilation, chauffage, ascenseur, sanitaires)« .


Un appel d’offre cette fois


L’avis est destiné aux personnes physiques ou morales qui seraient susceptibles de répondre à tous ces critères imposés par la collectivité. Elles doivent savoir aussi, à travers cet appel d’offre, que « La date de disponibilité souhaitée est le 1er janvier 2021. La procédure de passation est soumise aux dispositions de l’article L.3 et du titre II du livre V de la deuxième partie du Code de la commande publique. Le contrat à conclure est un marché public au sens de l’article L 2512-5 du Code de la commande publique. » Cette procédure codifiée de commande publique n’avait eu lieu avec le contrat précédent passé avec Samuel Tual, car la législation, au moment de la souscription, n’était pas encore applicable. Face au contrat conclu en décembre 2018, la disposition nouvelle, connue depuis l’ordonnance de 2015, n’entrait en vigueur en effet qu’au 1er avril 2019.


Vue depuis l'Espace M au 13eme étage de la Tour Montparnasse
Image capture d’une photo promotionnelle sur le site Espace M

Curieusement, si les candidats qui proposent des locaux doivent présenter une proposition de prix valable quatre mois, le département entend, lui, prendre possession des lieux dès le mois de janvier, comme cela est indiqué dans la passation du marché public, soit si on fait un rapide calcul, moins de deux mois après l’expiration de l’offreEst-ce matériellement possible?

Cette fois, il sera question, grâce à cet « avis de marché » publié officiellement sur internet de choisir, l’ « Offre économiquement la plus avantageuse, appréciée en fonction des critères énoncés dans le cahier des charges (…) « . Pour la Tour Montparnasse, cela n’avait pas été nécessaire. L’absence de législation mentionnée plus haut permettait de s’en passer. Autre nouveauté : il ne s’agirait plus d’un bail dérogatoire aux baux commerciaux mais peut-être d’un bail civil, puisque qualifié de « non commercial » dans l’appel d’offre. Un bail de trois ans, soit jusqu’en 2023, juste avant l’ouverture des Jeux Olympiques et la possibilité peut-être de réintégrer la Tour Montparnasse rénovée.

Le président du conseil départemental de la Mayenne avait émis l’hypothèse que l’Espace M parisien puisse faire des petits en région, à Rennes notamment, une ville, avait-il déclaré publiquement, « reliée à Laval par une autoroute gratuite » lors de la « soirée de lancement de l’Attractivité » à Louverné en Mayenne devant un parterre de personnalités. Mais pour l’heure l’appel d’offre en question concerne uniquement la capitale… ◼


*L’espace M entre temps a été rebaptisé « M Paris » par le conseil départemental de la Mayenne


leglob-journal version numérique

Informez-vous et soutenez l’investigation en Mayenne avec leglob-journal


Commenter cet article