Mai 68 : une commémoration sur fond de réécriture – Par Michel Ferron

Un anniversaire rattrapé par l’actualité. Au beau milieu des commentaires et analyses suscités par la commémoration des événe-ments de Mai 68, s’est invitée l’ac-tualité d’un mouvement social dont l’ampleur pourrait justifier la tenta-tion d’un rapprochement entre deux printemps revendicatifs distants d’un demi siècle. Sans se prononcer sur la pertinence d’une telle comparaison, on peut reconnaître qu’elle a au moins le mérite d’aider à mieux appréhender la singularité des événements qui ont ébranlé la France il y a 50 ans, à condition de souligner une différence essentielle entre les contextes qui ont précédé l’émergence de ces deux vagues de contestation.

Par Michel Ferron

En Mai 68, l’irruption soudaine de l’insurrection étudiante tranchait avec le climat d’ "apathie" politique et sociale, décrit par Pierre Viansson-Ponté dans son célèbre éditorial du Monde du 15 mars 1968 intitulé Quand la France s’ennuie …

Deux événements, cependant, anticipaient sur la révolte qui allait embraser la nation tout entière quelques mois plus tard : ce sera tout d’abord, en janvier, à Caen, la grève des ouvriers de la Saviem sur fond de violences policières et de solidarité universitaire, puis le Mouvement du 22 mars de la Fac. de Lettres de Nanterre, construite quatre ans plus tôt au m...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici