Méfions-nous des «lois d’émotions», qui peuvent perturber le fragile équilibre entre Sécurité et Libertés publiques

Si les députés Français ont créé un statut de « lanceur d'alerte  » au sein du Renseignement pour un agent des Services Secrets qui souhaiterait dénoncer l'utilisation de techniques illégales, il n'en demeure pas moins selon les défenseurs des libertés publiques, que les garanties démocratiques ne semblent pas présentes à propos du projet de loi sur le Renseignement examiné depuis le début de la semaine à l'Assemblée nationale et qui devrait être voté le 5 mai.

Le gouvernement apporterait de la confusion sur l’objet de ce texte présenté comme une loi anti-terroriste. Derrière elle, ne se cachent-ils pas les pouvoirs de surveillance des citoyens par l’État ? interrogent les associations, mais aussi la CNIL, la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés qui émet des «réserves»....


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle. Renouvelable chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici