Municipales : « Pourquoi nous ne serons pas présents sur la liste de M. Pillon »

C’est une Tribune. Celle de deux élus municipaux de droite républicaine présents depuis 2014 sur la liste de la majorité conduite par François Zocchetto. Alain Guinoiseau et Philippe Vallin se définissent comme des « républicains gaullistes », et s’élèvent contre l’accord effectué par le maire sortant avec La République en Marche (LREM), une alliance reconduite par le candidat Didier Pillon. Rejet de LREM, et de son  » néo-libéralisme sauvage » – Remise des pendules à l’heure, et éclairage.

TRIBUNE

Par Alain Guinoiseau et Philippe Vallin*


Nous étions les représentants du courant gaulliste et républicain sur la liste conduite par François Zocchetto en 2014.

Issu d’une tradition centriste et démocrate-chrétienne, M. Zocchetto avait tenu à réaliser le plus large rassemblement des forces républicaines d’opposition au parti socialiste qui dirigeait alors le pays et la mairie. Cette large union avait été incontestablement une des raisons de la victoire à Laval. Nous avons été parfaitement loyaux pendant les six années de mandat.

L’élection présidentielle de 2017 a considérablement bouleversé la carte politique française. Après avoir activement soutenu la candidature de M. Fillon, l’UDI, parti de M. Zocchetto, a rapidement commencé à effectuer son ralliement à M. Macron.

Il se concrétise aujourd’hui par une alliance avec La République En Marche.

Dès septembre 2019, nous avons rencontré François Zocchetto et lui avons indiqué, compte tenu des rumeurs insistantes sur ses tractations avec LaREM, que nous ne repartirions pas avec lui pour les prochaines élections municipales.

Ce mouvement de ralliement au Pouvoir s’est accentué après la désignation de M. Pillon en tête de la liste, suite au retrait de M. Zocchetto.

Les raisons de notre refus de participer à la nouvelle liste sont politiques : nos valeurs sont incompatibles avec celles de LaREM, tout en respectant les membres de ce parti.

En tant que républicains gaullistes, nos convictions essentielles sont notre attachement à un Etat fort, indépendant des puissances financières et des multinationales ; notre attachement à notre système social, issu du programme du Conseil National de la Résistance, qui protège chaque français ; notre refus du néolibéralisme sauvage qui fracture la société.

Nous sommes profondément choqués devant le constat d’un réel mépris du peuple par le Pouvoir actuel.

Nous ne pouvons nous résoudre à ce que la vie politique française se limite à un jeu de rôle entre le « macronisme » et l’extrême droite.

La situation actuelle nous conforte dans notre position de ne pas repartir avec une liste désormais marquée par son soutien à la politique gouvernementale.

Nous ne quittons nullement la vie politique. Au sein d’un club que nous avons fondé voici un an, le Comité Mayenne République. Nous allons désormais nous consacrer à un travail de réflexion, et à des actions politiques sur Laval et la Mayenne.

* Alain Guinoiseau et Philippe Vallin sont élus municipaux de Laval


Adhérez et faites un don

Commenter cet article