« Nuit Debout » à Laval : « tout mettre sur la place publique et montrer qu’il y a des gens qui pensent aux autres »

(c) photo leglob-journal

Debout! À la fois un mot d'ordre et une stature. Être debout, c'est ne pas plier. Une quarantaine de jeunes avait choisi le Parvis des Droits de l'Homme pour organiser à Laval ce qu'il est convenu d'appeler une Nuit Debout. Comme à Paris, comme dans les grandes villes, comme en Espagne par exemple où le mouvement Podemos est né, dans la rue. «C'est la Loi Travail qui a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase de notre indignation.» peut-on lire sur le tract que me remet une jeune fille. «Pour passer du clavier au pavé, nous avons décidé d'occuper pacifiquement la place publique, pour rassembler et libérer la parole. » Reportage à Laval, pour la première Nuit debout.

Par Thomas H.

Paradoxalement cette Nuit Debout, ce fut d'abord un sitting improvisé sur les escaliers du Pa...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici