« Nuit Debout » à Laval : « tout mettre sur la place publique et montrer qu’il y a des gens qui pensent aux autres »

(c) photo leglob-journal

Debout! À la fois un mot d'ordre et une stature. Être debout, c'est ne pas plier. Une quarantaine de jeunes avait choisi le Parvis des Droits de l'Homme pour organiser à Laval ce qu'il est convenu d'appeler une Nuit Debout. Comme à Paris, comme dans les grandes villes, comme en Espagne par exemple où le mouvement Podemos est né, dans la rue. «C'est la Loi Travail qui a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase de notre indignation.» peut-on lire sur le tract que me remet une jeune fille. «Pour passer du clavier au pavé, nous avons décidé d'occuper pacifiquement la place publique, pour rassembler et libérer la parole. » Reportage à Laval, pour la première Nuit debout.

Par Thomas H.

Paradoxalement cette Nuit Debout, ce fut d'abord un sitting improvisé sur les escaliers du Pa...


Leglob-journal réserve cet article à ses abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Abonnez-vous

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 €
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Faites le choix de l'investigation en Mayenne



Contactez-nous : ici