Pantouflage : doit-on aller vers la fin de tous les arrangements?

Est-ce qu'il faut s'accommoder du fait que Goldman Sachs bénéficie de l’expérience, du réseau et de l’influence engrangés par José Manuel Barroso dans les futures négociations de l'après Brexit ? Ce questionnement est légitime au regard de la polémique qui n'est pas prête de s'éteindre et qu'a suscitée le « pantouflage » de l'européen Barroso passé, comme une exfiltration, à la banque privée américaine.

Par Thomas H.

Ce n'est pas la première fois ! Mais cela n'excuse rien ; et ce n'est surtout pas une raison. Ce transfert, c'est une histoire très révélatrice. La polémique est tellement forte et si durable qu'elle signifie que l'opinion - si tant est qu'on puisse la personnaliser - s'est appropriée un peu plus d'Europe, contrairement à ce que l'on pourrait penser. Cela veut dire aussi qu'elle désire la voir façonner différemment maintenant que le Brexit a été consommé. Et finalement, c'est tant mieux, non?

La dimension symbolique du transfert, du transfuge - devrait-on dire - est caractéristique pour beaucoup du fonctionnement de nos institutions en général, et au delà de l'Union Européenne. Des rapports donc entre Politique et Finance. Cette proximité inquiète, révulse et conduit même finalement à des raccourcis qui accentuent le sentiment négatif du rejet associ...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici