Par Braïm Bourg : Hallâj, le Christ musulman, entre «civilisation et barbarie»

(c) imago prod

Théâtre - Dans Hallâj, le Christ musulman, l'auteur parle à sa façon de l'Islam radical. Mayennais depuis 2006, « il a renoué en 2015 avec la carrière de comédien et de dramaturge qu’il avait menée auparavant pendant dix ans dans son pays natal, la Tunisie. Hallâj [Braïm Bourg] est seul en scène se défend face à des juges inféodés au pouvoir de la dynastie régnante, les Abbassides qui vont le condamner à mourir crucifié. Le débat est celui du conflit entre civilisation et barbarie, (...) entre l’Islam des Lumières et la religion comme instrument d’oppression politique et sociale. En 922, Hallâj, un des poètes de langue arabe “déconstruisait” à en mourir ce qui, en 2017, s’appelle “radicalisation”». Le monologue, déjà joué à trois reprises à Laval, a attiré plus de 250 spec...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle, renouvelable chaque mois.
Formule sans engagement, résiliation à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture.
Paiement en une fois, engagement 1 an, renouvelable.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici