Par Thomas H. – Désordre, ordre et ligne claire

Édito - En politique, organiser un désordre idéologique permet ensuite de mettre en avant « un certain ordre ». La manœuvre est connue. Le phénomène Macron avec son équation « ni gauche ni droite  » a favorisé l’évincement des partis politiques dit «classiques» du jeu démocratique en les ringardisant. Reste qu’une telle équation ne peut vivre durablement que si dans le tableau, à l'instar de l'école flamande de peinture, la ligne est claire.

Par Thomas H.

En affaiblissant la croyance politique habituelle des électeurs, en "surfant" sur cette idée entretenue que le clivage politique n’a plus lieu d’être et qu'il est dépassé ; en s’appuyant sur l’éloignement de l’électeur de la chose politique et sur le fait que la France se gouvernerait au centre, le mouvement monté de toutes pièces sur la toile à grands coups de clics par des adhérents fascinés par le candidat Macron, a pu amalgamer des espérances. Des espoirs qui se sont cristallisés en dehors d'une seule catégorie politique, de peur d'être embrigadé.

Par peur donc de se retrouver dans une case qui les enfermerait, les aficionados de la première heure sont allés à marche forcée sur la route de l’espérance politique soit disant « renouvelée ». Les maximes en creux du candidat paraissaient, quand on interrogeait les adhéren...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici