Par Valérie Rellier de Jean – Le concert inachevé

staelconcert.jpg

La vie est fragilité. Elle est faite de certitudes, de joies et de souffrances, de troubles et de maux, de volonté et de renoncements, de hauteurs et de dépressions, et sans doute de bien plus encore, à l'image de ceux qui créent, comme par exemple, Nicolas de Staël avec son Concert inachevé 1955. C'est tout cela que nous dit en substance Valérie Rellier de Jean qui fait son retour sur leglob-journal.

Le concert inachevé
par Valérie Rellier de Jean -

Sa peinture se fait de plus en plus légère, étalant l’huile au coton ou à la gaze. Alléger, fluidifier, enlever encore, trouver un nouveau souffle jusqu’à la transparence, jusqu’à l’impalpable.

Le samedi 5 mars, Nicolas de Staël assiste à un concert de musique contemporaine au cours duquel sont jouées des œuvres d’Anton Webern, dont la cantate L’Éclat d’un regard – « Ô mer du regard et ton ressac de larmes ! ». Le dimanche 6, toujours dans la grande salle du Théâtre Marigny, c’est Arnold Schönberg qui est à l’honneur avec S...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnez-vous!

Pour lire la totalité de cet article, choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal