Par Valérie Rellier de Jean – violon d’Ingres!

C'est encore une histoire de vanité que nous narre notre contributrice. Celle du maître et du disciple ; le premier s'intéressant au principal, à l'objet primordial ; le "reste" étant confié aux subalternes, comme c'est souvent le cas, y compris de nos jours. Le tout doit être assumé par le donneur d'ordres, même si il y a des désagréments, et quitte à y perdre la face!

leglob-journal

Violon d'Ingres!
par Valérie Rellier de Jean

Nous sommes en 1842 à Paris. Quel succès pour Ingres ! Alors directeur de l’académie de France à Rome, son portrait du compositeur Lugi Cherubani attire tous les regards.

Il faut dire que la composition est audacieuse. Ingres mêle le réalisme du portrait et l’allégorie avec la représentation mythologique de la muse.

Luigi Cherubini et la muse ...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle, renouvelable chaque mois.
Formule sans engagement, résiliation à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture.
Paiement en une fois, engagement 1 an, renouvelable.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici