Patrimoine : L’Huisserie, au temps des mines de charbon – Par Loïc Michel

C‘est du patrimoine local, c’est certain. C‘est aussi de l’Histoire avec un grand H. Pendant le week-end du 20 au 22 septembre 2019, les Journées du patrimoine, la commune de L’Huisserie va offrir un vaste catalogue d’animations gratuites* autour d’un passé assez peu connu. Celui du monde de la mine. Car « L’huisserie-Montigné fut premier producteur de charbon, en tonnage, de la région Pays de la Loire jusqu’à la Première guerre mondiale ». Du charbon précieux pour alimenter les fours à chaux, « produit très demandé par les agriculteurs de l’époque ». Nostalgie ouvrière en terres agricoles.

L’Histoire des « petites gens » de L’Huisserie

Par Loïc Michel


Quand on parle des mines de charbon aux nouveaux habitants [De L’Huisserie] , ils esquissent souvent un sourire narquois : « Ah bon ! Et ils sont où les terrils ?». Et pourtant, les plus anciens l’affirment : « mes parents disaient qu’à cette époque, il y avait une vingtaine de cafés dans le bourg, et les mines ont fait venir des polonais… » Assez intrigué par ces réflexions et par cette partie méconnue de l’histoire communale, j’ai donc commencé, il y a cinq ans environ, à rassembler des informations. Peu à peu, de plus en plus intéressé par le sujet, j’ai approfondi et élargi le cadre de mes recherches aux archives municipales, départementales, et dans la réserve de la médiathèque Albert Legendre de Laval.

Etats civils, recensements, articles de journaux d’époque, études économiques, cartes géographiques et postales, documents administratifs ou de sociétés minières locales, etc. j’ai passé, au fil des mois, des heures passionnantes à collecter et recouper des renseignements.

Parallèlement, j’ai recueilli des témoignages indirects et visité les quelques vestiges restants sur la commune. Avec du temps et de l’énergie, j’ai pu retrouver et analyser les éléments qui, à l’époque, ont considérablement impacté la vie, jusqu’alors rurale, de L’Huisserie.

« Alimenter les fours à chaux »

Par exemple, « à L’Huisserie, de 1851 à 1861, le nombre de familles de mineurs explose. Il passe, en dix ans, de six à 91. Sur cette même période, la population de la commune évolue de 811 à 1173 habitants soit une augmentation de 45%. Les mineurs ont investi le bourg et les villages avoisinants. Ainsi, à La Maignannerie : au plus fort moment des Mines, en 1886, sur les quinze familles qui composent ce village, onze sont des familles de mineurs. Entre pères, fils, et quelques pensionnaires, on y compte vingt-cinq mineurs.

Carte postale d’une mine avec son chevalement sur la droite – Collection Paul Briand

Entre L’Huisserie (très majoritairement) et Montigné, les deux sociétés minières, dirigées par des personnalités politiques locales, emploient 186 mineurs en cette année 1886, dont des « galibots » à peine âgés de treize ans [Ils étaient notamment chargés de nettoyer les chaudières qui alimentaient en vapeur le système qui faisait descendre les mineurs au fond. Un maximum de 208 mètres à L’Huisserie]. Cela fait alors de cette petite commune rurale, l’une des plus importantes cités ouvrières du département. Et tout cela pour alimenter les fours à chaux. Les extractions ne cesseront qu’en 1923

Comme ce sujet n’avait, à priori, fait l’objet d’aucune étude approfondie – du moins à ma connaissance – fort de ces éléments, j’ai alors proposé à deux membres de l’atelier audio-visuel de notre association huissérienne– l’UDAL – (Jean Bizeul et Yves Le Cuziat) de m’aider techniquement dans la réalisation d’une vidéo sur le sujet. En fait un travail de cinq années, car nous venons d’achever, aujourd’hui, la quatrième vidéo.

Quatre films sur les mines locales

Ces films de 20 à 35 minutes, composés de documents, de témoignages, de reconstitutions et d’analyses d’experts (géologie, économie)  racontent en quatre épisodes la chronologie et la situation des mines de charbon ; le charbon de L’Huisserie dans la vie économique mayennaise ; la vie à la mine : avec les hommes et le travail ; la vie des familles de mineurs …

Une représentation du mineur de l’époque – Dessin Fred Vigneaud

Et aujourd’hui ? Ces vidéos ont été présentées à l’équipe municipale, en proposant de créer un évènement sur le thème. Et comme cette proposition a été entendue très favorablement, y compris financièrement, une équipe d’une douzaine de personnes a été constituée, regroupant des membres de l’association, des élus, des représentants de services municipaux mais aussi des personnes issues d’autres associations locales que j’ai alors sollicitées.

Des animations variées et élaborées par divers groupes, associations ou services municipaux qui vont donc les mettre en œuvre, seront proposées au public lors de la venue des correspondants allemands de Kolbingen, le village jumelé avec L’Huisserie. Cela correspond à l’un des deux objectifs principaux que je souhaitais réaliser.

Le premier était d’associer à ce projet, et de manière active,  le plus de personnes et d’associations possibles, afin de créer une dynamique communale. Ce qui se réalise grâce au sport ou la musique pouvant aussi se générer à partir de l’histoire. Le second objectif était de permettre aux habitants (entre 80 et 90 % des adultes ne sont pas natifs de L’huisserie ) de s’approprier l’histoire de leur commune. A mon sens, notre identité est multiple et le lieu où l’on vit est constitutif de cette diversité.

Donc, la ville de L’Huisserie devrait être bien occupée le weekend du 20 au 22 septembre. En effet, si les journées du patrimoine sont souvent l’occasion de visiter des châteaux ou d’autres monuments historiques, il est tout à fait intéressant de permettre à tous – Huissériens ou plus largement, tous ceux que l’Histoire intéresse –  de découvrir la vie laborieuse de ceux qui nous ont précédés sur ce petit coin de Mayenne.  Et d’aller à la rencontre des « petites gens», d’ici comme d’ailleurs,  dont on dit souvent qu’ils n’ont pas d’Histoire.

*Toutes les animations, randos-découverte, films, expos, spectacles, sont gratuits y compris la comédie musicale du vendredi soir mais sur réservation. Quant au repas Comité de jumelage du samedi soir organisé sur le parvis de la Mairie, il est ouvert à tous les habitants de L’Huisserie qui seront inscrits – réserver svp avant le 13 septembre.

Évocation des mines avec des sculptures posées sur le rond-point à l’entrée de L’Huisserie. Réalisées par des élèves en CAP de chaudronnerie du Lycée Robert Buron à Laval, elles seront inaugurées à l’occasion de la venue des allemands de Kolbingen dans le cadre du jumelage avec L’Huisserie – Photos © leglob-journal


Soutenez leglob-journal en faisant un don

Ils ont commenté cet article :

  1. Merci pour tout ce travail concernant les mines de l huisserie. J ai retrouve mon arrière grand père Pierre Rossignol. Je suis à la recherche des lignes où son nom apparaît. Je l ai vu sur le film des familles. Il est décédé par accident de la mine . Peut être avec des dates je pourrais retrouver les circonstances de cet accident. Donc je me permets de vous faire appel.
    Merci d avance.
    Annick guerin

    1. Leglob-journal a transmis vos coordonnées à Loïc Michel, l’auteur du papier …
      Merci Annick pour vos encouragements…

Commenter cet article