Phot-Hollande

C’est une photo qui ne dit rien. Ou presque. Une photo qui rappelle les rares Polaroïds que l’on a pu prendre et les formats carrés des Instamatic. Des boitiers qui permettaient aux non-connaisseurs de recharger la pellicule facilement car elle se trouvait insérée dans un compartiment inviolable. Et puis on faisait “clic-clac” simplement et c’était la grande inconnue. Il fallait attendre longtemps avant de voir le résultat final sauf pour le Polaroïd.
Du travail de pro
Là, Raymond Depardon a utilisé une de ses machines à lui qu’il maitrise parfaitement, mais le résultat est presque à l’identique de ce que chacun a pu réaliser à l'époque sur les plages ou à la campagne, avec le professionnalisme en plus du bonhomme. Il faut dire qu'il est cinéaste et reporteur-photos de la France provinci...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
32 € au lieu de 36 €
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle
Renouvelé tacitement chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici