Présidentielles : paroles d’ouvriers à Laval, pour un vote de conviction

L’un a toujours voté à droite, et l’autre, toujours à gauche. Mais cette fois pour cette élection présidentielle, il n’y a rien d’évident, de «franchement» évident. Comme si les cartes se brouillaient. Même si on ne parle plus d'«ouvrier» mais de « salarié » depuis les années 80, Frédéric et Farid font partis du monde ouvrier et travaillent dans deux grandes usines de production de Laval. Alors, comment vivent-ils la campagne électorale, nous sommes allés à leurs rencontres.

Par Thomas H.

« J’ai toujours voté pour la droite classique, mais mon vote cette fois est vraiment indécis », explique Frédéric qui « fait partie de la classe ouvrière  » comme il le dit lui-même, tout en précisant que plusieurs dizaines d’ouvriers sous ses ordres. L’usine dans laquelle travaille Frédéric lui donne comme qualification - il la nomme spontanément - « manager de production de premier niveau  ».

« Macron, je n’arrive pas à le classifier. Pour moi, c’est quelqu’un qui représente l’avenir, on peut dire ça. Il semble en phase avec le monde de la numérisation. Mais avoir de idées, c’est bien, les mettre en œuvre, c’est mieux !  »

Frédéric la quarantaine, s’exprime bien et réfléchit, il ajoute : « le monde l’entreprise a du mal à appréhender le tsunami du digital qui va s’accentuer sur...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici